Accueil  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez|

What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

- There's a stranger in my bed, There's a party in my head -

♠ courrier posté : 4211
♠ crédits : ava :Jean-Loo -signa : tumblr
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Etudiante en Littérature et Langues
♠ mood ::
♠ address book ::

MessageSujet: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Mar 28 Juin 2011 - 4:23

J'attendais cette fin de semaine avec impatience depuis la fin du week-end dernier. Oui, je détestais la semaine parce que c'était la routine habituelle : métro boulot dodo. Je me lassais vite de répéter les mêmes gestes, d'entendre les mêmes choses qu'on nous apprenait en cour d'une année sur l'autre, de voir toujours les mêmes sales têtes que je ne peux pas voir plus de dix minutes sans avoir envie de sortir de la salle... et j'en passe. Vous l'avez compris, je ne suis pas une fille qui reste sur le chemin exemplaire de ses deux soeurs aînées : Hannah et Isobel. Moi, j'adorais l'aventure, m'aventurer en-dehors des sentiers battu et vivre d'incroyables expériences. On s'en rend pas compte comme ça mais si on n'allait pas soi-même vers ces choses là, elles resteraient inexplorées. Je devais sans doute être la plus rebelle de nous trois. Allez savoir pourquoi. On dit toujours que le dernier né d'une fratrie est le plus entreprenant et le plus imprévisible de tous alors que l'aîné est déjà plus posé et plus autoritaire. En fait, ça nous reflétait bien. J'étais grande gueule sans pour autant chercher les emmerdes même quand j'étais complètement ivre à la sortie des soirées interminables en boîte de nuit. Ces nightclub étaient mes lieux de prédilection. J'y faisais des rencontres intéressantes et parfois... originales. Au moins là-bas, je pouvais aguicher les garçons comme bon me voulait et c'était pas des petits mecs en costard cravate. Non, là c'était de vrais hommes qui en plus aiment le rock et le Starlight Nightclub y faisait couler l'alcool à flot. Voilà pourquoi j'aimais aller dans cet endroit pas toujours bien fréquenté. De toute façon, je n'y allais jamais seule, ordre de mes soeurs qui ne souhaitaient pas qu'un jour on leur dise que j'avais disparue de la circulation sans laisser de traces. Elles avaient beau me le répéter sans cesse jusqu'à m'en souler, elles avaient entièrement raison. Je ne faisais pas toujours attention à mes fréquentation et il m'arrive souvent de finir dans le lit du premier prétendant venu, ce qui arrive encore plus souvent lorsque je suis complètement ivre ou droguée. Ouais, ça arrive qu'on glisse une drogue ou quelque chose du genre dans mon verre pour me rendre plus.. accessible. Le problème quand on est complètement pété, c'est qu'on ne se rend compte de rien et on ne dit pas non même si le type en question était prêt à vous violer puisque vous étiez trop dans les vapes pour réagir face à de telles situations. Pour mon cas, ça ne m'était pas arrivé et heureusement d'ailleurs.
Comme chaque Samedi soir, j'appelais mon meilleur ami, Ethan, pour venir faire la "fête" avec moi, s'il le voulait. En général, il refusait jamais à ce qu'on sorte tous les deux. Enfin quand je dis meilleur ami... faut bien se dire qu'on a déjà fini dans le même lit car c'était trop tentant. On ne peut jamais résister à l'appel de ce genre de chose et tout le monde sait bien que l'amitié entre un homme et une femme n'existe pas. Pourtant c'est bien comme ça que les choses ont commencée, par de l'amitié au lycée ce qui s'est vite transformé en grand n'importe quoi... des meilleurs amis mais avec des bénéfices à la clé... Certes, je ne crois pas que beaucoup de monde s'amusait à coucher avec son meilleur ami à la première occasion...
Je me préparai donc pour aller prendre Ethan au passage. Quand j'ouvris la porte de mon Audi TT noire rutilante, une chaleur écrasante en sortit. Je laissai l'air légèrement plus frais y pénétrer avant de monter à bord. Elle était restée trop longtemps sous le soleil certainement vu la chaleur. Je pouvais à peine toucher le volant, il brûlait ma main. Je mis le contact et ouvrit en grand les vitres. Ah que j'adorais le ronronnement de ma voiture ! Et je partis chercher Ethan. J'espère qu'il était prêt.
En fait, il devait y avoir à peine deux kilomètres mais je prenais ma voiture quand même parce que j'adorais qu'on me remarque. C'était un signe de richesse dont j'étais fière de posséder, autant que ma soeur avec sa BMW.
La nuit était tombée sur Wellington et nous rentrâmes dans le nightclub. Ils y passaient de la musique et pas n'importe laquelle, Highway to Hell de ACDC. C'était l'un de mes titres préférés de ce groupe mondialement connu. Je nous dirigeai donc vers le bar où je m'assis sur un tabouret, ce que fit également Ethan.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 507
♠ multinicks : /.
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Livreur de Pizzas.
♠ mood :: Faussement Heureux.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Mer 29 Juin 2011 - 7:57

Je crois que jamais une de mes semaines n’avait été aussi mouvementée. Je ne dis pas ça parce que cela me plaît ou me déplaît, non, c’était de l’ordre du constat. Et émotionnellement, je peux vous assurer que j’étais plutôt épuisé. Entre l’amour que me portait Zippora, qui n’était pas pourtant pas réciproque et ma rencontre avec Teresa dans l’animalerie, où j’avais eu honte, puis peur, autant vous dire que j’étais pas au bout de mes surprises. Mais le week-end était de retour, et s’il y a bien une chose sur laquelle je comptais, c’était les soirées habituelles auxquelles je participais avec ma meilleure amie, Leighton. Meilleure amie riche, qui plus est. Meilleure amie au physique largement profitable, et dont j’avais de ce fait profité. Autant ne pas vous mentir. On disait que l’amitié entres hommes et femmes n’existait pas, et c’est pas moi qui allait vous dire le contraire. Je couchais à peu près avec toute femme un minimum jolie qui se laissait embringuer par mon sourire charmeur et mon humour vaseux. Pas que j’en sois particulièrement fier, mais j’avais du mal à m’en empêcher ; c’était mon jeu favori, et je ne perdais jamais. Depuis le temps que j’y jouais, j’avais arrêté de compter les conquêtes. Je me souviens les regards désabusés au matin, quand je leur disais que c’était juste l’histoire d’un soir, et que je ne comptais pas les revoir. Parfois, y en avait certaines qui s’accrochaient, tentait le coup des larmes pour me faire pitié, mais rien n’y faisait. J’étais cruel, oui, mais les femmes qui donnent leur corps à un inconnu dès le premier soir ne mérite pas ma compassion, ni ma gentillesse. C’est pourquoi Teresa avait tant retenu mon attention ; justement parce qu’elle m’avait repoussé la première fois, et que le défi se faisait plus grand à relever pour moi. Et puis… elle était sacrément mignonne.

Bref, ce soir, c’était détente. Comme tous les week-ends avec Leighton. Je l’accompagnais autant pour la surveiller que pour m’amuser moi-même, parce que dans le genre libertine, pire qu’elle, y a pas. Ce qui me faisait toujours autant sourire. On s’entendait bien, tous les deux, même si nous vivions dans un monde différent. Elle était riche, moi pas ; il n’y avait rien d’autre à ajouter. Le Star Night Club, c’était le genre de boîtes populaires dans lesquelles on trouvait tout et n’importe quoi ; mais surtout n’importe quoi. Et du coup, il fallait que je m’assures qu’il n’arrive rien à cette petite créature fragile et mignonne qu’était Leigthon… Tu parles, pas si fragile que ça en fait. Je vous parie qu’elle aurait pu étaler un mec sans mon aide. Mais bon, le souci, c’était qu’elle aimait bien boire… et beaucoup. Alors que moi j’étais pas trop un addict de l’alcool, j’y touchais... de loin. J’attendais donc qu’elle passe me prendre, assis sur les marches de l’escalier de mon appartement. Il avait fait chaud toute la journée, et la petite brise fraîche du soir se faisait désirer. Moi je l’attendais avec impatience en tout cas. Heureusement que l’endroit était climatisé, sinon je vous assure que je n’irais pas aussi souvent. Je crois qu’avec Leighton, on était dans leurs clients les plus réguliers. Normal.. Enfin. Ca me faisait toujours drôle quand elle me passait me prendre, elle et son Audi TT noire. Non pas que ça me dérangeait de rouler dans un tel bolide, mais j’avais pas l’habitude. Je me levais et m’asseyais à côté d’elle, comme toujours, et lui adressais un sourire malicieux. Let’s go !

Quand nous arrivâmes, Highway to Hell faisait déjà trembler les murs du club, the classique quoi. Personnellement, je préférais les trucs un peu plus trash, mais bon, j’allais pas refuser du rock alors que la vraie musique s’était perdue de nos jours. Je suivis Leigthon au bar, commandait deux shoots de vodka, histoire de se mettre en jambe directement. Ca faisait tout de même une semaine que l’on ne s’étais pas vus, et je supposais qu’elle avait des choses à me raconter… ou pas.

« Alors, quoi de neuf petite ? »

Je savais qu’elle détestais que je l’appelle comme ça, mais j’adorais la taquiner… que voulez-vous, on ne me referait pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- There's a stranger in my bed, There's a party in my head -

♠ courrier posté : 4211
♠ crédits : ava :Jean-Loo -signa : tumblr
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Etudiante en Littérature et Langues
♠ mood ::
♠ address book ::

MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Ven 1 Juil 2011 - 10:12

J'adorais voir la tête de mon meilleur ami à chaque fois qu'il me voyait arriver avec mon Audi TT. Il semblait à chaque fois impressionné par mon bolide mais j'avais juste pris exemple sur mes deux soeurs qui s'étaient lancées dans les voitures haut de gamme. C'était un véritable privilège et j'affichais clairement ma richesse sans complexe et sans crainte. J'étais peut-être trop certaine de moi par moment pour faire confiance au premier venu que je pouvais considérer comme un ami après quelques temps à parler. Parler... ce que je savais sans doute faire de mieux. J'étais un véritable moulin à parole depuis ma tendre enfance et je n'ai jamais compris comment mes soeurs avaient fait pour me supporter autant d'années sans se plaindre.
The Starlight NightClub, mon endroit de prédilection pour mes rencontres et The place to be pour boire comme bon vous semblez. C'était la classe même si ce n'était pas un lieu très réputé pour des bonnes fréquentations... A certaines mauvaises heures, on pouvait tomber sur des types vraiment bizarres qui me faisaient flipper à mort. Du coup je rentrais plus vite chez moi que prévue. Bah, oui quoi je tiens à ma vie ! A vrai dire, je me sentais déjà bien plus en sécurité quand mon meilleur ami m'accompagnait pour passer une bonne soirée là-bas. Je trouve que c'est le meilleur endroit pour passer un bon moment entre amis plutôt que dans un bar traditionnel. Dans les autres, vaut mieux déjà arriver bourrer pour dire s'amuser un peu sinon c'est vraiment... à chier. Au moins au Nightclub il y avait de l'ambiance ! On avait souvent des groupes indépendants qui venaient jouer de temps en temps sur scène, on avait aussi quelques règlements de comptes entre gros bras, et pas que ! En fait, on en avait pour tous les goûts. Il y a particulièrement une soirée dont je me rappelle ici et d'ailleurs c'était avec Ethan. Après avoir bu quelques verres d'alcool bien fort j'avais profité de la musique qui faisait trembler les murs et j'étais monté sur le bar, me transformant en une espèce de coyote girl. J'avais beau avoir été pété comme jamais, je me souvenais parfaitement de ce moment là. J'adorais voir le regards des mecs se poser sur mon corps et les filles envier mon physique et me détester. Bon ok, je suis pas narcissique mais faut l'avouer, quasiment à chaque fois qu'un mec passe à côté de moi dans la rue, il se retourne ... D'ailleurs, le nombre de conquêtes que j'avais à mon tableau de chasse appuyer ce fait. Peu d'homme me résistaient ce qui n'était pas sans déplaire à mes deux soeurs aînées qui préfèreraient me voir jouer à des jeux moins dangereux. Elles avaient toujours peur que je tombe sur un psychopathe qui me veuille du mal ou qui abuse de moi. Autant dire que ce n'était pas le genre de questions que je me posais quand un homme m'aguichait ou inversement... Je détaillais tout de même les mecs que j'abordais pour voir s'ils en valaient la peine ou non. Je n'étais pas totalement inconsciente non plus. Parfois, j'y étais poussée par ces jeux auxquels je jouais avec des amies, un genre de "cap ou pas cap" si on veut.

Pour revenir à ma soirée, Ethan avait bien entendu accepté. Le courant passait toujours aussi bien entre nous depuis le lycée. Je pouvais être fière de l'avoir en meilleur ami car ce n'était pas donné à toutes les filles d'avoir un apollon pareil à ses côtés. Quand j'étais au lycée, je remarquais qu'il traînait toujours avec les nanas les plus populaires. J'adorais mon meilleur ami et je pouvais compter sur lui sans aucun problème. Toutefois, j'évitais de faire appel à lui quand j'avais des problèmes et préférai faire appel à mes soeurs pour me sortir de mes affaires. Enfin bref, avec Ethan, ça avait dérapé à plusieurs reprises déjà et c'était pas non plus sans nous déplaire. Je n'aimais pas m'attacher à quelqu'un et je refusais toutes relations sérieuses. Je n'étais pas prête à m'engager et je préférais m'adonner à des plaisirs plus éphémères et m'amuser à voir la tête de ces hommes le matin venus quand je les laissai dans leur lit et que je me taillais après avoir obtenu ce que je voulais. C'était drôle de faire ça. Après tout, ce n'était qu'une sorte de vengeance. Les hommes font souffrir les femmes, je l'ai constaté avec mes soeurs alors ...
Highway to Hell raisonnait déjà. Des hommes fumaient déjà comme des pompiers dans l'enceinte de l'établissement. Par contre la fumée, c'était quelque chose que je ne supportais pas. Etant asthmatique, ça me bloquait la respiration et pouvait me provoquer de sévères crises. Tout ça je le gardais pour moi même si Ethan le savait car au lycée j'en faisais souvent... Je considérais mon asthme comme une faiblesse, un tendon d'achille. J'essayais de contrôler ma respiration jusqu'à ce que je m'assieds sur le tabouret au bar à côté d'Ethan qui commanda deux vodka. Voilà comment bien commencer une soirée ! Une bonne vodka histoire de se plonger dans la situation. Une soirée sans alcool n'en était pas une, forcément ! Je me retournai et balayai la salle du regard. La lumière était presque tamisée à cause de la fumée qui flottait tel un brouillard pesant. Arf ! Pas de beau gosse en vue à draguer pour l'instant... pas de mecs au comportement bizarre non plus... je m'en fou après tout j'ai mon meilleur ami ! Je me remis en place et fis glisser mon verre jusqu'à mois. Ethan me qualifia de "petite"... Il savait bien que je n'aimais pas qu'il dise que j'étais petite. Une semaine que je n'avais pas vu Ethan mais j'avais l'impression de l'avoir vu hier ! Le temps passe tellement vite... enfin c'est qu'une impression.

- Alors déjà, je ne suis pas petite parce que même sans mes talons je fais la même taille que toi et ensuite, j'ai vu mes soeurs cette semaine, j'ai rencontré un mec super mystérieux... on dirait qu'il a un balais dans les fesses le pauvre !

Je portais le verre à mes lèvres et bus une bonne gorgée. C'était bon de sentir le liquide frais couler le long de ma gorge. Je soupirai et claquai violemment le verre contre le marbre du bar.

- Raconte moi un peu aussi ta semaine passionnante je suis sûr qu'il y a de quoi à dire !

Mon meilleur ami a toujours été un don juan, séducteur de la première heure et sa vie était mouvementée. Lui ne connaissait pas la routine. Chaque jour était nouveau au même titre qu'une nouvelle femme se réveillait à ses côtés. Je souris à Ethan et le fixai dans ses yeux bleus azur. J'adorais tenter de le déstabiliser même si cela n'avait aucun effet, ou presque plus maintenant.... mais ça m'amusait quand même. Qu'est-ce que j'étais ridicule !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 507
♠ multinicks : /.
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Livreur de Pizzas.
♠ mood :: Faussement Heureux.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Sam 2 Juil 2011 - 23:35

Bavarde comme je connaissais Leighton, le trajet me sembla bien muet. Une fois lancée, ma meilleure amie ne s’arrêtait pas ; c’était à peine si je pouvais faire autre chose que lui lancer un sourire moqueur, un hochement de tête en signe d’assentiment, ou même… en fait, rien d’autre. C’était tout ce que je pouvais faire quand elle parlait. Un vrai moulin à paroles, celle là. Heureusement qu’au lit elle l’était un peu moins, sinon j’aurais vite été exaspéré les fois où nous dérapions elle et moi. Je ne couchais pas avec ma meilleure amie pour le simple plaisir d’avoir du sexe avec une femme, pour ça j’aurais pu prendre n’importe qui dans la boîte, j’en étais capable ; non, je couchais avec Leighton parce qu’elle était tout aussi expérimentée que moi, si vous voyez ce que j’entends par là. Du coup, d’un commun accord, on se permettait parfois quelques dérapages plutôt amusants. D’ailleurs, ça faisait déjà un moment que cela ne nous était pas arrivé… Je souris. Je crois pas que Leighton se souvienne de la dernière fois, ou sinon, très vaguement, car je l’avais rarement vu dans état aussi ravagé, et quand je l’avais ramenée chez elle, elle m’avait sauté dessus. Je vais pas vous mentir en disant que je l’ai repoussé, moi-même étant un tantinet exubérant ce soir là. Mais bon… pourquoi se priver de bonnes choses telles que le corps de sa meilleure amie quand on pouvait se les offrir ? J’étais pas du genre à culpabiliser, et surtout pas pour ça. Rien à faire de la vertu où des conneries du genre, on était deux adultes consentants, point à la ligne.
Ca faisait un bail qu’on se connaissait, elle et moi. Depuis le lycée en fait. Dans mes souvenirs, c’est une des seules choses positives qui puisse ressortir de cette période qui fut un véritable enfer pour moi. Je m’étais raccroché à la popularité et la richesse de Leighton comme j’avais pu, cramponnant mes ongles au seul brin de gloire que j’avais bien pu attraper. Dans un certain sens, ma meilleure amie avait été ma salvatrice, celle qui m’avait permis de me tisser un voile mensonger, de créer cette illusion d’une vie parfaite. Grâce à elle, j’avais pu mettre le grappin sur d’autres personnages de son rang social et rehausser ma côte dans la société. C’est à partir de là qu’on avait pu me voir accompagné de jeunes femmes plus riches et jolies les unes que les autres (bien que stupides et vaniteuses pour la plupart), et l’unique relation que j’avais gardée, c’était Leighton, parce qu’elle avait une véritable personnalité au moins. Depuis le temps qu’on se connaissait, je savais plus trop si je trainais avec elle pour m’attirer les faveurs de son portefeuille, ou juste parce que je l’aimais bien. Je crois qu’il y avait un peu des deux, parce que je tenais à elle quand même. Je m’en rendais compte les soirs où j’avais peur qu’il lui arrive quelque chose parce qu’elle était soule.

Au StarNightClub (accordez que le nom sonne un peu prétentieux), Lei et moi avions l’habitude de faire n’importe quoi. Comme nous mettre debout sur le bar pour danser comme des malades, parier 10 dollars qu’on arriverait à séduire telle jeune femme ou tel jeune homme (même que parfois c’était plutôt drôle), et puis, et puis… et puis pleins d’autres trucs encore ! Mais je ne vous les révèlerais pas pour ma propre réputation. Là-bas, on était connus tous les deux, et c’est ce qu’il y avait de plus amusant en fait. Et donc nous y revoilà, parce que les vrais stars du club, c’était nous ! Bon, ok, j’admets que j’étais un peu prétentieux sur les bords, et même franchement au milieu, mais… on s’en fout ! Je suis comme je suis, et c’est pas demain la veille qu’on me changera. Dans la boîte de nuit, l’ambiance battait déjà son plein. Fumeurs, buveurs, danseurs, tous tournaient déjà à plein régime. Comme quoi on était pas en avance. Je suppose que ça faisait plaisir à Leighton d’arriver un peu en retard, ça lui permettait d’être vue par plus de monde quand son Audi TT noir rugissait dans l’allée. Et moi par la même occasion… j’allais pas m’en plaindre, franchement. Pour une fois que j’étais sous les projecteurs sans rien demander et sans mentir… Je venais de me moquer doucement d’elle en sachant pertinemment qu’elle se jetterait dessus comme une morte de faim. Et encore une fois, j’avais raison…

« Alors déjà, je ne suis pas petite parce que même sans mes talons je fais la même taille que toi et ensuite, j'ai vu mes soeurs cette semaine, j'ai rencontré un mec super mystérieux... on dirait qu'il a un balais dans les fesses le pauvre ! »

J’éclatais de rire ; elle racontait franchement n’importe quoi. Elle savait tout aussi bien que j’étais plus grand qu’elle, mais sa susceptibilité féminine l’empêchait de se l’avouer… Sourire en coin. L’histoire du mec mystérieux me fit autant rire, j’imaginais super bien la scène du mec coincé en train de parler à Leighton pour tenter d’obtenir son attention mais… sans succès. Je la regardais boire un peu de sa vodka, tandis que moi je la descendais cul sec, comme souvent.

« Raconte moi un peu aussi ta semaine passionnante je suis sûr qu'il y a de quoi à dire ! »

Ce disant, elle plantait son regard dans le mien. Leighton faisait souvent cela, je crois que c’était pour elle une manière de mesurer son pouvoir séducteur. Sauf qu’avec moi, ça marchait pas, pas du tout. Je la connaissais trop bien pour réagir, et elle le savait. C’était une sorte de jeu pour elle, dans lequel elle s’amusait seule. Pourquoi pas ?

« Been… Comment dire. D’abord j’ai appris qu’une bonne amie à moi m’aime, mais, je crois pas que ce soit réciproque. J’ai aussi découvert un trop bizarre… Elle s’enflamme comme une torche humaine, c’est flippant ! Mais bon. Ah.. et puis aussi ! J’ai découvert une fille géniale, qui arrive à me déstabiliser ! Tu te rends compte ? C’est la seule qui ai jamais réussi, jusqu’à maintenant. Et puis… elle me plaît. J’ai envie de la revoir… »

Je lui souriais toujours. J’avais bien évidemment zappé l’épisode où j’étais tombé dans les pommes, et l’épisode où un chien m’avait pissé dessus. Je détestais me ridiculiser moi-même, surtout devant Lei’. Fallait toujours que je sois parfait, que ce soit parfait. Je me commandais un deuxième shoot, faisant un p’tit clin d’œil à Lei’ pour rentrer dans son jeu. Glissant ma main le long de son bras avec un sourire aguicheur, je ne le lui laissais le temps de réagir, lâchant un petit rire amusé et me levant pour aller danser sur la musique Rock. Je jetais un coup d’œil à ma meilleure amie en lui faisant un signe de la main. J’allais tout de même pas m’amuser seul…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- There's a stranger in my bed, There's a party in my head -

♠ courrier posté : 4211
♠ crédits : ava :Jean-Loo -signa : tumblr
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Etudiante en Littérature et Langues
♠ mood ::
♠ address book ::

MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Dim 3 Juil 2011 - 9:47

Au Starlight Night Club on était comme... des stars. On était des habitués de l''endroit et nous avions fait nos preuves auprès des personnes qui viennent tout le temps ici. Nous avions gagné une place de choix dans ce monde de la nuit si particulier. La boîte de nuit avait quelque chose de différent. Il y régnait une atmosphère plus tendue mais cool à la fois. Je sais pas comment ces deux termes aux sens opposés pouvait s'accorder mais c'était ce que je ressentais. Tendu parce que c'était pas toujours un lieu bien fréquenté et propices aux rencontres bizarres aux mauvaises intentions et cool parce qu'on s'y amusait bien, les groupes qui jouaient faisaient de très bonnes performances. Moi et Ethan avions été catalogués depuis le temps où j'étais montée sur le bar pour arroser tout le monde d'alcool en jouant la coyote girl sur la musique qui me déchaînait. Faut dire aussi que pour avoir fait ça, j'avais déjà bien bu. Je ne passais jamais une soirée sans boire un peu - et pas que - car pour moi une soirée sans alcool ne peut pas être réussie. C'était inconcevable, tout simplement.
Nous étions arrivés un peu plus tard car déjà les autres carburaient à l'alcool, fumaient comme des pompiers et certains dormaient déjà sur leur table... cela ne savent pas faire la fête tellement ils boivent ! Au moins, j'avais jamais fini comme ça en l'espace de quelques heures. Je pouvais même m'offrir une petite partie de jambes en l'air quand j'étais pétée mais je dormais après même si mon cerveau était tout retourné dans ma petite caboche. En arrivant plus tard que les autres, les regards se portaient forcément sur nous quand nous franchissions la porte et c'est ce qu'il se produisit, encore cette fois. Apparemment, cela fonctionnait à tous les coups. J'adorais que les regards se portent sur moi, que j'attire les attentions surtout des hommes qui se trouvaient autour de moi. J'aimais qu'on me porte de l'attention et ça je l'avais à souhait surtout quand j'étais avec mon meilleur ami Ethan. Il était aux petits soins avec moi et j'avais tout ce que je désirais dans la limite du raisonnable. On avait beau être meilleurs amis... ce genre de relation et d'amitié avait bel et bien dérapé après une soirée comme celle-ci où l'alcool était de la partie. On ne l'avait pas fait qu'une fois d'ailleurs et le principal c'est que nous étions tous deux consentant et je dois avouer que c'était bon d'avoir quelqu'un d'aussi expérimenté que soi... Ethan assurait et je sais de quoi je parle. Je ne pouvais pas m''empêcher, tentée par ce corps irrésistible. Mon meilleur ami avait tout pour plaire, un physique de rêve, un charme fou, un sourire ravageur à faire tomber les filles comme des mouches. J'avais cédé à la tentation avec Ethan et je ne le regrettais en rien. Il n'y avait pas seulement cette attirance physique parce qu'il y avait quand même quelque chose entre nous, un lien particulier nous unissait puisque Ethan n'était pas homme à s'attacher à une femme. En général, une fois couché avec celle qu'il avait séduit la veille, il ne donnait plus de nouvelle et s'échappait comme un voleur.
J'avais à peine commencé mon verre de vodka que Ethan s'en recommandait un nouveau. Je m'étais tournée vers lui, plongeant mon regard dans ses yeux bleus. Je jouais à un jeu auquel je participais en solo car mon regard ravageur en temps ordinaire, n'avait aucun effet sur mon meilleur ami. Il me connaissait assez maintenant pour ne plus subir ces effets là. C'était juste pour moi une façon de mesurer mon pouvoir de séduction sur les hommes en utilisant mon regard de braise.
Ma susceptibilité naturelle prenait le dessus quand Ethan disait que j'étais petite. Je ne me trouvais pas si petite ! C'est lui qui était une grande asperge ! moi je me trouvais dans la normale ! Je lui racontai ma semaine... des plus banale qui se caractérisait encore par quelques rencontres.

« Been… Comment dire. D’abord j’ai appris qu’une bonne amie à moi m’aime, mais, je crois pas que ce soit réciproque. J’ai aussi découvert un trop bizarre… Elle s’enflamme comme une torche humaine, c’est flippant ! Mais bon. Ah.. et puis aussi ! J’ai découvert une fille géniale, qui arrive à me déstabiliser ! Tu te rends compte ? C’est la seule qui ai jamais réussi, jusqu’à maintenant. Et puis… elle me plaît. J’ai envie de la revoir… »

Il m'en dira tant ! Je restais plonger dans son regard tout en tentant encore et toujours de le charmer mais rien n'y faisait il restait indifférent et ce qu'il me dit me sortis de mon petit jeu. Je me redressai sur mon tabouret et ne me laissa pas le temps de répondre qu'il se levait déjà pour aller danser. Il passa sa main sur mon bras comme pour m'inviter à venir avec lui. Je n'allais pas le laisser se ridiculiser à danser seul ... Je pris donc mon verre. Je le rejoins et bus une gorgée de ma vodka, en fait je le vidai littéralement et le posai sur une table adjacente.

- Notre don juan national se serait-il épris d'une jeune demoiselle sans défense ?! lui demandais-je avec un regard rempli de malice. Woah c'est que tu lui fais de l'effet pour qu'elle s'embrase à ce point ! En même temps on ne peut que comprendre quand on passe sous les draps avec toi ! C'est officiel, t'es amoureux Ethan !

Une fille qui lui plaisait ... lui qui ne s'attachait jamais et préférait les coups d'un soir. Cela m'étonnait venant de quelqu'un comme lui.

- C'est vrai qu'une fille qui te résiste est assez... rare pour pas dire inexistant ! Je veux tout savoir ! Comment est-ce qu'elle s'y est prise pour résister à ton charme? Peut-être qu'elle a le pouvoir de résister ... qui sait ?!

Bon, ok, là je commençais vraiment à dire n'importe quoi et je n'avais jamais été très résistante à l'alcool surtout à la vodka. Je commençais déjà à avoir chaud et la chaleur dans le night club n'arrangeait rien. Je commençais à danser avec mon meilleur ami au son des instruments, du rythme que la musique nous imposait. Ce n'était ni trop lent ni trop rapide, parfait.
L'odeur de la cigarette me montaient au nez ainsi que la fumée qui me rendait quelque peu asphyxiée. Je ne supportais pas trop ça et ma respiration se faisait plus courte et saccadée. Toutefois, je ne laissai rien paraître pour ne pas inquiéter mon meilleur ami. Je n'étais pas venue ce soir pour gâcher cette soirée. Il suffisait juste de contrôler ma respiration et tout irait bien !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 507
♠ multinicks : /.
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Livreur de Pizzas.
♠ mood :: Faussement Heureux.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Sam 9 Juil 2011 - 23:10

La piste de danse nous attendait. C’était comme si les projecteurs nous invitaient du regard à rejoindre la foule en délire. Le club, parsemé de chaises, de sofas et de tables basses, s’élargissait au centre pour laisser de l’espace à tous ceux qui avaient comme une envie de se déchaîner, de dépenser leur énergie restante dans un moment de détente, d’oublier leur fatigue de semaine à l’instant ou l’adrénaline vous envahissait pour sonner en vous la libération de l’esprit, couler dans vos veines pour éveiller vos sens et les tourner en une source de plaisir. Dans cette ambiance particulière, les sons étaient chef d’orchestres du mouvement et la lumière se chargeant de donner le ton aux danseurs tantôt douce et coulante, tantôt frénétiquement clignotante, la piste s’animait sous cet ensemble en mouvement. Lumière et Musique étaient indissociables, couple éternel des boîtes des nuits.
Face à ce spectacle, après un ou deux verres d’alcools fort, je me jetais sur la piste en y entraînant Leighton. Le show n’attendait pas, je ressentais l’appel de la nature. J’étais dans mon élément, comme un poisson dans l’eau ; indéniablement. Ma meilleure et amie, on se racontait absolument tout, même si parfois mon orgueil avait du mal à lui avouer mes sentiments. J’étais pas doué pour ce genre de choses. Après tout, n’étais-je pas censé ne rient ressentir ? Ne jamais m’émouvoir ? J’étais Ethan, le séducteur de la ville, et je n’avais pas à m’enticher d’une femme. C’était… contradictoire. Etant sensé juste sortir pour les plaisirs charnels, je masquais le caractère pour ne voir que le physique de mes proies. Pourquoi avais-je failli cette fois là ? Teresa m’avait impressionnée, elle avait déjouée mes intentions et m’avait surprise avec son caractère quelque peu inhabituel, pour moi en tout cas. Oh oui, on peut dire qu’elle s’était bien moquée de moi. Mais peu importe, j’en avais tiré une bonne leçon. Ca avait été une rencontre plus que divertissante, et plus qu’intéressante. Un peu de renouveau dans mes habitudes ne me faisait pas de mal…
Lei’ se moquait gentiment de moi. C’était à prévoir, elle était étonnée. Après tout, elle me connaissait mieux que personne, et savais que ce n’était en rien mon genre de parler d’une femme en ces termes. D’habitude c’était plutôt « ah, quel bon coup celle-là ! », ou encore « purée, une grosse coincée du cul. J’ai passé une soirée d’un ennui ! ». Rien de très concret, puisque tout se résumait à coucher pour moi. Mais là…

« Notre don juan national se serait-il épris d'une jeune demoiselle sans défense ?! lui demandais-je avec un regard rempli de malice. Woah c'est que tu lui fais de l'effet pour qu'elle s'embrase à ce point ! En même temps on ne peut que comprendre quand on passe sous les draps avec toi ! C'est officiel, t'es amoureux Ethan ! »

Je riais. Il était vrai que j’avais fait beaucoup d’effet à Zip’, mais ce n’était en rien la cause de ce… phénomène. Elle était tout simplement à moitié « étrangère », pour ne pas dire extraterrestre. Je cherchais pas trop à comprendre, parce que sinon j’aurais sûrement pété un câble. Passé sous les draps ? Non ! Même pas…

« C'est vrai qu'une fille qui te résiste est assez... rare pour pas dire inexistant ! Je veux tout savoir ! Comment est-ce qu'elle s'y est prise pour résister à ton charme? Peut-être qu'elle a le pouvoir de résister ... qui sait ?! »

Leighton était vraiment trop curieuse pour se taire. Surtout avec quelque chose d’aussi inhabituel pour moi. Plutôt que de me lancer dans un monologue inutile, je souriais en coin à ma meilleure amie et me mit à danser. Je n’avais pas besoin d’observer les autres pour savoir que certains regards se tournaient vers moi et elle. On était le genre de couple d’amis populaires, beaux, et riche pour elle. Alors autant vous dire qu’on nous lorgnait avec envie, quoi que l’on fasse… Bref. Tout allait pour le mieux, comme chaque fois que l’on sortait elle et moi. Dansant avec n’importe qui, je m’amusais comme un fou. Vraiment… Enfin c’est ce que je pensais jusqu’à ce que je vis Lei’ me lancer un air bizarre. Un regard du genre… vite, j’ai besoin d’aide ! Qu’est ce qu’il se passait ? C’était pas son genre d’avoir des problèmes une fois en boîte de nuit. M’arrêtant de danser et écartant les autres des bras, angoissé, je la pris par les bras et l’entraînait rapidement vers la sortie. Je savais pas trop ce qu’elle me faisait, mais à coup sûr, ce n’était rien de bon.

« Lei ! Lei ?! Ca va ? »

Autant dire que je stressais peut-être même plus qu’elle. La partie vicieuse de mon cerveau me disait que si elle mourrait ici je récupèrerais peut-être une part de l’héritage sur son testament… mais… c’était cruel. Bien que je ne l’avoue pas, je tenais à elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- There's a stranger in my bed, There's a party in my head -

♠ courrier posté : 4211
♠ crédits : ava :Jean-Loo -signa : tumblr
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Etudiante en Littérature et Langues
♠ mood ::
♠ address book ::

MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Dim 10 Juil 2011 - 23:07

Le Starlight Night Club était l'une des meilleures boîtes que je connaisse dans les environs de Wellington. Dommage qu'elle ne se situe pas en centre ville mais bon avec ce qu'il peut s'y passer, c'est mieux d'un sens. Quand je voyais des gens bizarre rentrer dans le NightClub, j'avais vite fait de prendre les jambes à mon cou avant qu'il ne m'arrive des problèmes. Ils avaient un certains côté sombre et se fondaient dans la masse de la foule qui dansait sur les différentes musiques ou prestations de quelques groupes indépendants ou connus.
A part ce détail, on s'amusait fort bien ici. C'est pourquoi j'y amenais tout les week end, mon meilleur ami, Ethan. C'est un don juan alors vous pensez bien que quand il vient dans une boîte de nuit, il ne vient pas que pour danser... Bien souvent, on va chacun de notre côté pendant qu'on danse... En fait, notre truc c'est de danser avec n'importe qui, n'importe comment. C'était ce genre de folie qui rendait la fête meilleure.
Après avoir bu deux verres de vodka bien serrés, j'avais quitté Ethan pour aller danser avec un autre jeune homme sauf que celui-ci alluma une cigarette et toute la fumée se répandait autour de moi et s'imprégnait sur mes vêtements. Je respirais bien sûr cette fumée toxique pour mes poumons. Pourquoi la cigarette n'est-elle pas interdites dans ces lieux publics ?! C'est un peu embêtant pour ceux qui ne fument pas ou plus comme moi. J'avais commencé à fumer à l'âge de quatorze ans à peine parce que ma soeur Isobel m'avait entraînée aux soirées de son lycée. Résultat, je m'étais laissée influencer du haut de mes quatorze ans. A cet âge là, on a pas forcément l'âge de la raison. Mais j'ai bien vite arrêté quand j'ai sentis que mes crises d'asthme se répétaient et devenaient de plus en plus fortes. Je n'arrivais plus à gérer ça et du coup, ça m'a fait prendre conscience qu'il fallait que j'arrête de traîner dans ces soirées avec Isobel et que c'était mal ce qu'elle faisait. Hannah m'a aidé à sortir Isobel de ce cercle vicieux et infernal dans lequel notre soeur s'était plongée. Izzie avait eu sa période rebelle comme n'importe quelle adolescente de son âge mais maintenant elle s'était assagie et plus responsable. Elle l'était finalement pour deux car elle veillait davantage sur moi depuis qu'elle sait que je couche avec n'importe qui, n'importe ou et n'importe quand et que je bois quand je m'amuse. Combien de fois était-elle venue me chercher au commissariat de police au petit matin ? J'avais le droit à chaque fois à une remontée de bretelles mais comme j'étais encore sous les effets de l'alcool et de la drogue par moment, je riais plutôt qu'autre chose.
Je sentais mes bronches se resserrer et je sentais ma respiration se raccourcir. Je commençais à me sentir mal. J'avais du mal à respirer et je chercher mon meilleur ami du regard. Je lui lançai un regard rempli de détresse et j'avais pris appui sur une table. Je me courbai légèrement pour essayer de contrôler ma respiration et Ethan vint rapidement vers moi. Je me mis à tousser et c'était comme si mes poumons c'étaient bloqués. Ils ne répondaient plus à l'oxygène que j'inspirais pour les remplir. Respirer était vital et à chaque crise c'était la même angoisse. Je m'en sortirais jamais avec ça! Ethan eut la bonne idée de nous diriger vers la sortie où l'air frais me tapait sur le visage mais je ne le sentais pas s'engouffrer dans mon anatomie. Pas un regard ne s'était tourné vers nous à cet instant et tant mieux. Je me plaquai contre le mur et me penchai en avant, mains sur les genoux. Ma respiration était courte et bruyante, vous savez comme quand vous avalez quelques chose de travers. C'est le même effet.

- Pas trop là !

J'avais réussi à sortir ces trois mots rapidement entre deux inspirations.

- Regarde dans mon sac, il y a mon médoc, une petite boîte blanche. Dis-je d'une voix à demi étranglée.

D'ordinaire, je n'aurais pas confié cette tâche à Ethan parce qu'on dit toujours que le sac c'est comme rentrer dans son intimité parce que c'est en quelque sorte une partie d'elle-même. Enfin, là, c'était une question de vie ou de mort et je n'allais pas déranger l'une de mes soeurs pour une satanée crise d'asthme. Je pouvais faire confiance à Ethan pour veiller sur moi et il semblait vraiment inquiet.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 507
♠ multinicks : /.
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Livreur de Pizzas.
♠ mood :: Faussement Heureux.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Mar 19 Juil 2011 - 0:49

Ca, c’était pas habituel. Nos soirées, à Lei’ et moi, étaient toujours parfaites. Jamais rien ne nous empêchait de nous amuser ensemble, même s’il arrivait qu’il y ait des accrochages avec d’autres clients un peu trop sous l’emprise de l’alcool, ou autre. Que Leighton sorte avec précipitation, sans même prendre la peine de m’appeler réellement, en cherchant à se faire un passage au milieu des danseurs, non, ça n’avait rien de normal. Je sentais la panique s’infiltrer en moi, virus malicieux que je ne pouvais empêcher de contaminer mes sens. Ma vue se concentrait sur Leighton, et mon ouïe s’altérait. J’en oubliais la musique, les cris, les chants, car tout cela n’avait plus d’importance. Lorsque nous eûmes bousculé deux ou trois personnes, crié à d’autres de s’écarter de notre passage, et qu’enfin, nous nous jetâmes dans l’obscurité de la nuit, elle toussant et prenant des énormes respirations, et moi inquiet, battant l’air de mes bras. J’avais l’air ridicule, mais bon, quand on était beau et populaire, on l’était toujours moins que n’importe quelle autre personne. Lei’ était devenu une personne importante à mes yeux ; sans le vouloir, je m’étais attaché à sa personnalité dévergondée, à sa fragilité cachée. Bon, d’accord, je m’étais aussi attaché à sa richesse… Mais peu importe, non ? J’avais le droit d’aimer l’argent et la popularité, c’était dans mon droit. Cela faisait tellement longtemps qu’on avait l’habitude de sortir ensemble en boîte chaque week-end que je ne me souvenais plus à quand remontait la tradition. Un bail. Je tournais en rond autour de ma meilleure amie, tracassé.

« Pas trop là ! »

Euh… oui, j’imaginais bien. Je me souvenais maintenant qu’elle était asthmatique, et ses inspirations bruyantes ne pouvaient signifier autre chose. Je clignais des yeux, dubitatif. C’était pas une blague, au moins ? J’imaginais bien Lei’ se moquer de moi pendant des semaines entières parce qu’elle avait simulé une crise d’asthme. Mais non… je ne pouvais pas y croire. J’étais en stress, et elle aussi. Vite !

« Regarde dans mon sac, il y a mon médoc, une petite boîte blanche. »

Je cherchais son sac du regard, et me jetais dessus. Je l’ouvrais à la va vite, et cherchais frénétiquement cette boîte blanche, retournant sens dessus dessous son contenu. Merde ! Elle était où ?! Lorsque je la trouvais enfin, je pris un comprimé et le tendis à Lei’, entre deux inspirations. Elle avait l’air de ne vraiment pas aller bien. Je me mordis la lèvre, conscient que ça pourrait être pire si le médicament n’arrivait pas à temps. C’était la première fois qu’elle faisait une crise en ma présence, et aussi étais-je paniqué. Je la regardais avaler son médicament, priant pour que sa crise s’arrête, sinon la soirée était foutue en l’air, et sa santé par la même occasion. Ok, mon égoïsme me fait penser à la fête avant sa santé, mais… on me changerait pas aussitôt. Je pensais à tout ces gens qui s’éclataient à l’intérieur, qui passaient un moment délire, dansaient sous le feu des projecteurs. Et moi, je m’occupais de ma meilleure amie qui faisait une crise d’asthme, dans le froid, dehors, frissonnant peu à peu. Comme quoi, c’était plus dur que ce que je pensais d’être attentionné avec quelqu’un. J’en avais tout sauf l’habitude.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- There's a stranger in my bed, There's a party in my head -

♠ courrier posté : 4211
♠ crédits : ava :Jean-Loo -signa : tumblr
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Etudiante en Littérature et Langues
♠ mood ::
♠ address book ::

MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Mar 19 Juil 2011 - 1:35

Pourquoi fallait-il que ça arrive maintenant? Jamais je n'avais fait de crise d'asthme en présence de mon meilleur ami et même pendant nos parties de jambes en l'air ça n'était jamais arrivé et heureusement d'ailleurs. Jusqu'à maintenant, j'avais l'habitude de venir dans les nightclub de la ville et la fumée ne me dérangeait pas plus que ça mais là j'étais peut-être un peu trop près de cet homme qui clopait à quelques centimètres de ma bouche et par conséquent, mes voies respiratoires s'en trouvaient bloquées par l'odeur nauséabonde que cette drogue dégageait. Etant plus jeune et quand j'étais encore inconsciente des risques que cela représentaient pour ma santé et mon bien-être, je fumais. Oui il m'est arrivé de fumer sans pour autant en être dépendante ce qui m'a bien aidé quand j'ai pris conscience que c'était nocif pour mes crises d'asthme et pour tout dire, c'est pas ce qui me manque. Je me dis plutôt que j'ai encore de la chance d'être vivante alors que d'autres se pourrissent les poumons à fumer cette cochonnerie qui raccourcit leur durée de vie déjà bien courte. Trop courte pour tout être humain, mortel qui se respecte. On ne sait jamais de quoi sera fait le lendemain et je profite de chaque instant. Chaque crise d'asthme aussi forte soit-elle était pour moi comme une fin du monde. La sensation qu'elles provoquent chez moi sont quasiment celles de l'angoisse face à la mort. La peur de mourir.
Je consultais régulièrement les médecins pour tenter d'alléger mes crises car elles peuvent être très fortes et durer longtemps ce qui, pour moi, est difficilement supportable. Il n'y a rien de pire que d'avoir sans arrêt des bronchites, d'être malade, d'avoir sans arrêt des médicaments sur soi au cas où. Personne ne savait ce que j'endurais et je me cachais derrière un masque. Masque de bonheur, le sourire aux lèvres, profitant de chaque instant que me donnait la vie bien qu'elle fut garce avec moi dès mon plus jeune âge... Je cachais mes souffrances, autant celle de la perte de mon père que mon asthme gênant. Il n'y a rien de pire que ça pour vous pourrir la vie, croyez-moi.
J'avais traversée la foule en délire, bousculant et me faisant bousculer au passage par les personnes qui dansaient et qui ne daignaient pas m'ouvrir le passage. C'était une question de vie ou de mort... Je me trouvais entre les deux. J'étais vivante certes mais sur un équilibre instable qui pouvait vaciller à tout moment. Heureusement, je n'étais pas seule et il ne valait mieux pas quand j'avais une crise. La présence d'une personne suffisait à me rassurer quelque peu et là, c'était pas n'importe qui, c'était mon meilleur ami, Ethan. Il avait vu la détresse dans mes yeux et m'avait aidé à rejoindre la sortie au plus vite. Je n'étais vraiment pas bien. La respiration était bruyante et je ne savais pas où j'allais puiser tout cet air qui me permettait de rester en vie. Cela venait comme du plus profond de mon être, des ultimes réserves de mes poumons, le seul air capable de traverser mes bronches resserrées. J'avais chaud malgré que j'étais en débardeur et dehors qui plus est... Je m'étais penchée en avant, mains sur les genoux. Ma gorge me faisait atrocement mal et je toussais fortement. Je commençais à sentir mes membres trembler et mes jambes n'arrivaient plus à me supporter. Je me laissai donc glisser contre le mur sans pouvoir y faire grand chose. Je me suis recroquevillée sur moi-même et j'ai demandé à Ethan de fouiller dans mon sac en quête de mon médicament. En fait, j'avais zappé que j'avais plusieurs boîtes et je n'avais pas mentionné le nom précis. Ses gestes n'étaient pas rassurés et se faisaient hésitant même. J'étais consciente que je lui faisais porter un énorme fardeau ce soir. C'était quelque chose d'impressionnant quand on en avait jamais vu, je vous l'accorde. Dans ces cas là, on ne sait jamais comment réagir... Il sortit une boîte de cachets alors que je respirais encore profondément et avec difficulté. Je le pris mais ce n'était pas le principal.. ça c'était un cachet pour la gorge..

- Ethan, cherche encore s'il te plaît... (je toussai) dans la petite poche derrière, il y a une boîte et le nom c'est ventoline, dedans il y a un tube, comme un spray..

Dire tout cela me demanda un effort surhumain. Dommage qu'Ethan ne fut pas confronté plus tôt à ce genre de situation... il m'aurait aidé plus rapidement mais je ne pouvais pas lui en vouloir. Ce n'était pas sa faute. D'habitude, mes soeurs s'occupent de moi parce qu'elles savent ce qu'elles doivent faire en cas de crise mais quand je suis seule, je sais aussi le faire mais je me sens moins rassurée. Il m'est déjà arrivé d'avoir oublié mon précieux médicament et je me suis retrouvée aux urgences. Une chance, Katharina, la petite amie de ma soeur Isobel, m'avait prise sous son aile.
Puis Ethan trouva enfin le médicament et me le donna. J'inhalais à grandes bouffées le produit qui déboucheraient mes bronches petit à petit.

- Y a plus qu'à attendre... que ça fasse effet. Je suis désolée.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 507
♠ multinicks : /.
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Livreur de Pizzas.
♠ mood :: Faussement Heureux.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Mer 20 Juil 2011 - 8:10

Ok, je n’étais pas le parfait meilleur ami. Pour s’occuper de sa santé, s’inquiéter d’elle, être à ses petits soins, Leighton aurait pu trouver mieux. Mais je n’avais jamais prétendu le contraire. Elle le savait tout aussi bien que moi d’ailleurs. Jusqu’à maintenant, c’est plus moi qui avais eu besoin d’elle, au quotidien. La popularité, la richesse, les bonnes fréquentations… je lui étais redevable pour tout ça. Le fait est que j’étais un homme qui avait du mal à donner, et qui préférait toujours tout prendre. Soupir… Décidément, j’étais encore loin de la perfection. Nul doute fait que s’il y avait eu du monde autour de nous, j’aurais adopté une attitude exemplaire, juste pour donner une image satisfaisante de moi aux autres. Une crise d’asthme. Tout ce qu’il fallait pour que je prouve à Lei’ mon manque de bonne volonté. Mais justement, je n’avais totalement réagi comme on aurait pu s’y attendre. En fait, ça m’avait inquiété. Oui oui. Moi, Ethan, homme égoïste qui ne voit pas plus loin que le bout de son nombril, j’avais eu peur pour quelqu’un d’autre que moi. Etrange… Je me refusais à admettre qu’au bout du compte, je m’étais attaché à ma meilleure amie. C’est une phrase étrange, n’est-ce pas ? On est forcément attaché à sa meilleure amie, normalement. Mais dans mon monde à moi, tout avait tendance à être différent, trop différent. Le monde du mensonge, ça, c’était ma vraie vie.
De dehors, je pouvais entendre les basses résonner à l’intérieur de la boîte de nuit. J’étais envieux, mais pas totalement sot au point de courir à l’intérieur et de la laisser là seule. Ce serait comme me fermer toutes les portes à l’ascendance sociale. Bref, je lui tendais la boîte blanche qui était censée contenir ce dont elle avait besoin pour aller mieux, les mains tremblantes. Mon visage faussement souriant se renfrogna lorsqu’elle m’apprit que je m’étais trompé. Zut. Je cherchais donc la « ventoline », comme elle venait de me le dire (pouvait pas le dire plus tôt non plus celle là ? Ah les femmes, j’vous jure…). Lorsque j’eus enfin trouvé ce dont elle me parlait, je sortis le tube de la boite, et lui tendais. J’avais vu d’autres personnes le faire dans des films, mais je n’étais pas certain de savoir m’en servir seul, et plutôt que de tuer Leighton une bonne fois pour toutes, mieux valait qu’elle se débrouille seule. Je l’observais de manière anxieuse, et m’agenouillais auprès d’elle – entre temps, elle s’était appuyé contre le mur du bâtiment et avait glissé à terre pour se recroqueviller sur elle-même, crachant ses poumons-. Maintenant que j’avais fait ce qu’elle m’avait demandé, je ne pouvais plus qu’attendre.

« Y a plus qu'à attendre... que ça fasse effet. Je suis désolée. »

Comme quoi, je n’étais pas tout à fait stupide. Je savais que son remède ne pouvait agir immédiatement. Je tentais un sourire qui se voulait rassurant. Il faisait un peu froid, mais je n’avais pas que ça à penser.

« Pourquoi tu t’excuses ? T’y peux rien. Allez, viens là. »

Je lui ouvris mes bras pour lui un câlin. Allons bon, voilà que je devenais affectif. Que ce soit normal comme genre d’attitude pour moi, ou non, tant pis. Trop tard, avais-je envie de dire. Quelques minutes plus tard, lorsque je sentis la crise de Lei’ se calmer, je lui demandais ce qu’elle voulait faire.

« Tu veux retenter le coup, où tu préfères rentrer ? »

Je n’avais aucune envie de rentrer chez moi, mais c’était sa bagnole, son fric, sa popularité. Re soupir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- There's a stranger in my bed, There's a party in my head -

♠ courrier posté : 4211
♠ crédits : ava :Jean-Loo -signa : tumblr
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Etudiante en Littérature et Langues
♠ mood ::
♠ address book ::

MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Mer 20 Juil 2011 - 9:29

Je n'avais jamais remarqué qu'une situation comme celle-ci pouvait provoquer un sentiment de déstabilisation chez mon meilleur ami. Lui, le fière, l'homme qui joue au dur mais qui, au fond a un véritable coeur tendre. Malgré qu'il ne soit pas habitué à faire face à des crises d'asthme, il s'était plutôt bien débrouillé pour une première même s'il ne m'avait pas passé le bon médicament en premier. Mais je ne pouvais pas lui en vouloir pour si peu. Je n'étais pas à l'agonie non plus mais j'en faisais tout un drame à chaque fois car vous ne savez pas quelle impression cela donne... d'étouffer littéralement comme si la mort vous guettait du coin de l'oeil si vous n'interveniez pas à temps.
Ethan m'avait étonné et c'est dans ce moment là qu'il me prouvé qu'il tenait à moi, que je pouvais lui faire confiance par la même occasion. Jusqu'alors, il ne me l'avait pas franchement montré puisque, Ethan n'est pas un garçon qui montre ses sentiments. Il essaie de se cacher derrière un masque qui lui sied parfaitement mais on sait tous que tout le monde se donne un rôle à jouer. Le monde est un énorme théâtre où chacun se fond dans un personnage. C'était ce que je faisais aussi. Mes souffrances, mes problèmes, je tentais de les oublier en prenant la vie avec légèreté, comme si c'était le dernier que je vivais. J'aimais l'aventure, ça donnait un gout de nouveauté, d'originalité à chaque levé de soleil dans le ciel de Wellington. C'est pourquoi je ne me privais de rien, pas même de changer de mec comme de vêtements chaque week-end, où à toutes les occasions qui se présentaient. Quand on est jeune, on en profite. J'essaie de rattraper le temps perdu, recherchant l'affection d'une personne masculine, qui pourrait combler le manque que j'avais eu pendant mon adolescence lorsque notre père avait quitté la maison, la famille. Enfin c'est ce que je pensais même si ça ne plaisait pas franchement à mes soeur d'avoir ce genre de fréquentation non exclusive. Elle espère qu'un homme changera le cours de ma vie et que je deviendrais plus... sage. Même mon meilleur ami Ethan était passé sous la couette avec moi. Parfois, il est vrai, j'avais honte de faire ce que je faisais mais je ne pouvais pas m'en empêcher.
J'étais resté contre le mur le temps que la crise passe et Ethan s'était agenouillé à côté de moi. J'avais gardé le médicament dans ma main bien que j'en avais plus besoin désormais. Je reprenais une respiration normale et ça faisait du bien de pouvoir respirer l'air frais, de le sentir s'engouffrer dans mes poumons et les gonfler à bloc.
N'importe qui, n'importe quel homme avec qui j'aurais traîné si ce n'avait pas été Ethan se serait enfui, me laissant dans ma merde si on pouvait dire ça. Mais il était là lui et je lui étais redevable. Un autre homme ne se serait pas entiché d'une femme "faible" qui fait des crises d'asthme qui ne préviennent pas... Mais Ethan m'acceptait telle que j'étais. C'est alors qu'il m'ouvrit ses bras pour que je m'y réfugie. Soudainement, la fraîcheur ambiante se faisait ressentir après la bouffée de chaleur que j'avais supporté pendant ma crise d'asthme. Mes membres avaient cessés de trembler et étaient de nouveau capable de me tenir debout. J'avais eu l'impression d'avoir des chamallow à la place. Demain, à coup sûr je serais enrhumée, mal de gorge assuré. J'étais dehors, en débardeur après être sorti du nightclub où la chaleur que les corps dégageaient, dominait l'atmosphère.

« Pourquoi tu t’excuses ? T’y peux rien. Allez, viens là. »

Je me levais lentement pour ne pas me sentir mal en me relevant trop vite et trouvait refuge dans les bras rassurant et forts d'Ethan.

- Si, je gâche notre soirée qui était pourtant bien partie... J'aurais du me tenir loin de cet homme. La cigarette c'est ce qu'il y a de pire pour mon asthme.

Cela me mettait mal à l'aise quand je prévoyais une sortie et que ce genre d'incident survenait. Mais Ethan avait raison, j'y étais pour rien. J'aurais juste pu me tenir éloignée de ce type qui fumait plutôt que de danser contre lui. Si j'avais su... Mais je repoussais toujours mes limites et quand je m'amusais ainsi, je ne pensais plus forcément à ma maladie. C'était l'une des seules fois où je n'y pensais pas. Je posais ma tête contre l'épaule de mon meilleur ami fermant les yeux pendant que ma crise se terminait. Je me sentais mieux qu'il y a quelques instants.

« Tu veux retenter le coup, où tu préfères rentrer ? »

Je n'étais pas venue pour repartir chez moi sitôt arrivé. Il était hors de question que je reparte chez moi. Et j'étais bien avec Ethan. Je ne voulais pas être séparé si vite de lui alors qu'on ne se voyait déjà pas énormément. On avait chacun nos occupations... la semaine j'avais cours à la fac du coin et le week-end, je le consacrais à mon meilleur ami, mes amis et mes soeurs en priorité pour faire la fête et pleins d'autres trucs aussi comme le shopping. J'aimais cette petite grand ville et je n'étais pas prête de partir d'ici. Je m'y plaisais trop et j'avais tout à portée de main.

- C'est quoi cette question?! lui demandai-je en souriant et en plongeant dans son regard. Bien sûr qu'on retente le coup ! Enfin, si tu t'en sens capable ! Je ferais juste attention de ne pas trop m'approcher des fumeurs.

Je me détachai de ses bras et croisai les bras sur ma poitrine.

- En plus je commence à avoir froid comme ça.

J'étais pas très couverte et il me tardait de retrouver l'ambiance électrique qui m'entraînerait jusqu'au petit matin. Bien souvent, Ethan et moi on était dans les derniers à quitter le NightClub et je n'étais pas du genre à montrer de trop mes faiblesses. Je voulais lui faire voir que je ne me démontais pas et que j'étais prête à recommencer la fête comme nous l'avions commencé, et sans nouvelle crise cette fois. Avec le médoc, j'étais tranquille pour un moment. Je pouvais donc danser tranquillement sans risquer quoi que ce soit.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 507
♠ multinicks : /.
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Livreur de Pizzas.
♠ mood :: Faussement Heureux.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Ven 22 Juil 2011 - 3:14

Finalement, pour un mec imbu de sa personne et qui ne savait/ne voulait absolument pas apporter son aide aux autres, je m’en étais plutôt bien sorti. Si j’étais fier de moi ?! Pas qu’un peu oui ! Bon, d’accord, je n’avais fait que trouver une boîte dans le sac de ma meilleure amie, mais… fallait bien que je trouve une raison d’être content et de me prendre pour un héros, non ? Faut dire que pour l’altruisme dont je faisais preuve au quotidien, ce simple geste faisait preuve de l’exploit. D’autre part, si je ne l’avais pas fait, Leighton ce serait sans doute posée beaucoup de questions sur notre relation, et n’aurait sûrement pas apprécié. Pas apprécié du tout. L’obscurité nous envahissait, repoussée tant bien que mal par les néons du night club. Accroupi au pied du mur, j’étais à demi dans la pénombre, à demi dans la lumière. Drôle de situation, on aurait dit l’image même de ma personnalité. Je secouais la tête. Avais-je déjà trop bu pour avoir des idées aussi sottes ? Je ne pensais pas ; on s’était arrêté à deux verres, Leighton et moi. C’est pas vraiment comme si nous avions eu le temps d’en faire plus… Maintenant que Leighton avait pris son médicament, je supposais qu’elle irait bientôt mieux. Mais ce genre de crises, ça doit fatiguer un bon coup, alors en bon meilleur ami, je lui proposais tout de même de rentrer. Au fond, c’était pas si grave ; l’ambiance du night club me manquait, mais j’avais d’autre préoccupations. La musique étouffée semblait m’appeler au secours, comme si l’endroit avait besoin de moi pour vivre pleinement. Balivernes, c’était plutôt l’inverse. Le Starlight Night Club, c’était un peu comme mon royaume, ou plutôt Notre royaume à Lei’ et moi. Les clients étaient nos sujets, et on faisait ce qu’on voulait d’eux : danser, boire, danser, boire, danser, sexer, boire, danser. Toutes nos volontés étaient bien souvent exécutées du fait de notre charme, de sa richesse, de notre popularité. Un sourire craquant aidait bien souvent à obtenir ce que l’on désirait… Bon, ok, je ne faisais pas que sourire aux femmes. Je les caressais parfois… Bref, ce n’était pas là le sujet. A ce moment précis, je ne caressais personne, ne séduisait personne, ne faisait boire ou danser personne. Je souriais juste à ma meilleure amie d’un air désolé (car en vérité, je l’étais sincèrement), attendant qu’elle reprenne un peu ses esprits. Enfin… sa santé. Je lui ouvrais mes bras, lui offrant un câlin. Je crois bien que c’était la première fois que je faisais preuve de ce genre d’affection envers elle. Et après tout, ce n’était pas si désagréable. Je ne m’en sentais pas moins… moi. Etrange.

« Si, je gâche notre soirée qui était pourtant bien partie... J'aurais du me tenir loin de cet homme. La cigarette c'est ce qu'il y a de pire pour mon asthme. »

Je ris pour détendre l’atmosphère, même s’il n’y avait rien de drôle dans ses propos.

« La prochaine fois, tu prendras garde, hein ? Je tiens pas à ce que tu meures de suite ! »

On avait encore pleins de soirées devant nous, et qu’elle ait gâchée celle là ou non, cela n’y changeait pas grand-chose. Et puis, l’asthme, ça se contrôle pas, non ? A part son médicament, elle ne pouvait réellement prévoir quand une crise se déclencherait. Je soupirais doucement, riant à nouveau, rassuré. Je la laissais poser sa tête sur mon épaule, glissant ma main dans ses longs cheveux. Je m’étais fait à l’idée de rentrer, et si je m’ennuyais tant, je pourrais toujours chercher à m’incruster chez elle, prétextant vouloir veiller sur sa santé. Mais non, elle semblait d’un tout autre avis.

« C'est quoi cette question?! Bien sûr qu'on retente le coup ! Enfin, si tu t'en sens capable ! Je ferais juste attention de ne pas trop m'approcher des fumeurs. »

Elle me sourit, apparemment prête à retenter le coup. Tant mieux. Ses bras formèrent une croix sur sa poitrine, et elle m’avouait avoir froid. Tu m’étonnes, on se les gelait ici. Non pas que Wellington soit une ville particulièrement froide, mais les soirées n’étaient pas toutes d’une chaleur extrême et le vent se faisant rapidement dérangeant une fois la nuit tombée. Souriant de sa détermination, je lui jetais un regard entendu, hochais la tête, prit sa main dans la mienne et l’entrainais à ma suite.
C’était reparti pour un tour.
En entrant, je remarquais que les gens nous dévisageaient, soit étonnés que nous soyons de retour, soit étonnés que nous soyons justement partis auparavant. Mais peu m’importait les interrogations qui se lisaient sur leurs visages ; le roi et la reine de cette boîte étaient de retours, et on allait le leur prouver. Je nous amenais directement à la piste de danse, fit un clin d’œil à Lei, et me mit à danser

« Allez, viens ! On va prouver à tous ces moins que rien que nous, on sait s’amuser. »

Je la fis danser, tourner sur elle-même, la soulevait parfois en mode danseur pro (ou patinage artistique, si vous préférez !), plus pour impressionner la galerie qu’autre chose. Vous me direz, même le geste le plus inutile était source à me faire remarquer chez moi. Tout ça, c’était calculé pour être sûr de ne pas être invisible dans la foule. J’aimais qu’on me regarde, qu’on nous regarde. Leighton semblait aller mieux, et ça me faisait plaisir. On était à nouveau en lice, et personne ne pourrait nous arrêter.

C’est ce que je pensais à ce moment là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- There's a stranger in my bed, There's a party in my head -

♠ courrier posté : 4211
♠ crédits : ava :Jean-Loo -signa : tumblr
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Etudiante en Littérature et Langues
♠ mood ::
♠ address book ::

MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Mer 3 Aoû 2011 - 3:39

J'allais beaucoup mieux et je pouvais remercier Ethan sur ce coup là. J'avais eu l'impression de gâcher cette soirée qui avait pourtant bien commencée. Mais une crise d'asthme ne se contrôle pas et c'est pas moi qui décide d'en faire une ou non. Croyez-moi, si je pouvais faire ça, il y a bien longtemps que j'aurais éradiqué ce problème de santé qui me gâche la vie plutôt qu'autre chose. C'était pas une partie de plaisir de traîner ça depuis ma tendre enfance. Il fallait que je fasse constamment attention à ce que je faisais, que je nettoie plus que la normale ce qui traînait chez moi et tout ça.
Mon meilleur ami avait été présent dans mon pire moment et c'était à ça qu'on reconnaissait ses vrais amis. Au moins, je ne me trompais pas sur lui et il n'était pas qu'un simple coup d'un soir même si ça avait plutôt commencé ainsi pour se nouer en véritable amitié. Toutefois, quand on s'accordait ce genre de dérapage, il n'y avait aucun sentiment, aucune émotion chez aucun de nous deux. Hors de question de s'attacher plus que ça. C'était mon meilleur ami et un sexfriend de surcroît. Il avait du faire face pour la première fois à une de mes crises. Cela l'avait déstabilisé quelque peu mais il avait su garder son sang froid et ne m'avait pas abandonné. Il m'avait pris dans ses bras par la suite, là où je me blottis pour me sentir plus en sécurité, comme protégée du monde extérieur et aussi pour me réchauffer un peu parce que j'avais froid. Il ne faisait pas froid à Wellington, c'est juste les soirées et les nuits qui sont fraîches. La température a tendance à baisser brutalement une fois le soleil couché.
Ethan m'avait proposé deux options : rentrer ou continuer. Bien entendu, je n'étais pas du genre à laisser passer une soirée et laisser mon asthme prendre le dessus. Hors de question. On devait continuer la soirée, comme si rien ne s'était passé. Mes poumons me faisaient encore un peu mal et je sentais toujours un poids sur ma poitrine. Mais ça passait petit à petit. Il me prit donc la main pour m'entraîner dans le Starlight Night Club

« La prochaine fois, tu prendras garde, hein ? Je tiens pas à ce que tu meures de suite ! »

Il rit pour détendre un peu l'atmosphère pesante. Il devait s'être assez inquiété pour moi comme ça alors inutile de continuer de s'apitoyer. La soirée continue, le monde continue de tourner, pas vrai ?

" Ce que t'es drôle ! Tu me fais rire tu sais ! "
lui dis-je avant de lui donner un bisou sur la joue en me hissant sur la pointe des pieds.

Il m'entraîna directement sur la piste de danse tout en ne me lâchant pas une seule seconde. J'adorais son contact, c'était rassurant. Les gens n'avaient jamais assez d'yeux pour nous observer. Chacun de nos mouvements, de nos paroles étaient des provocations pures et simples pour leur montrer notre supériorité dans ce NightClub. On devait être les plus anciens fidèles clients car tous les week-end on s'y retrouve et on y a fait nos preuves. Moi et Ethan avons réussi à acquérir nos lettres de noblesses dans ce lieu parfois malfamé et plutôt très masculin hormis quelques femmes également. Souvent, ce sont des filles célibataires qui recherchent une histoire d'un soir ou plus... si affinité. Nous, on était juste là pour s'amuser, draguer, danser jusqu'au bout de la nuit et pourquoi pas plus.

« Allez, viens ! On va prouver à tous ces moins que rien que nous, on sait s’amuser. »

Il se mit à danser en rythme avec la musique très entraînante et me fit tourner sur moi-même, me fit virevolter tels les professionnels de danse.

" J'ignorais que tu étais si bon danseur ! " avouai-je à Ethan en souriant. " On va leur en mettre plein la vue toute la nuit ! Ils se sentiront tellement ridicules à côté de toi que tu vas tous les faire fuir !"

La chaleur du NightClub m'avait gagné de nouveau. J'avais oublié la sensation de froid que j'avais eu précédemment, dehors. Les gens ne dansaient plus à présent et s'étaient mis à former un cercle autour de nous pour nous regarder danser. C'est ça qu'on attendait depuis le début. On s'amusait à épater la galerie si je peux dire ça. Rien ne pouvait plus nous arrêter.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 507
♠ multinicks : /.
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Livreur de Pizzas.
♠ mood :: Faussement Heureux.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton] Jeu 4 Aoû 2011 - 1:43

Et nous voilà reparti pour un tour. Pas besoin de ticket, ni de jeton supplémentaire car ici, c’était nous les rois. Qu’on perde ou qu’on gagne, peu importait, car au final, nous étions toujours les grands vainqueurs. Vantardise, surestime de soi ? C’est fort possible, mais au moins la moitié de la boîte de nuit vous certifierait mes dires. Ce soir, la crise d’asthme inattendue de ma meilleure amie – comme si on pouvait les attendre, de toute façon, ressemblait fort à une petite défaite. NOUS avions été détrônés l’espace d’un instant, partis, perdus au dehors. On NOUS avait crus partis, disparus dans la nuit, à cause d’une vulgaire quinte de toux ? Pff, ils me faisaient pitiés. Je vis des regards envieux, je vis de la déception, mais aussi des sourires satisfaits. Je vis des billets s’échanger, comme si l’on avait parié sur notre retour, ou non. Grimaçant, je m’étais empressé d’entraîner Leighton sur la piste de danse comme pour faire valoir notre véritable retour. Montrer à tous que nous les populaires n’abandonnions jamais et étions les as de la fête. Franchement, quiconque aurait osé me dire que ma meilleure amie ne savait pas s’amuser serait passé auprès de moi comme : un attardé, un aveugle, un jaloux, ou un provocateur. Mais en aucun cas il aurait raison. Aujourd’hui, elle faisait une crise d’asthme en pleine soirée et relevait tout de même le défi en choisissant de poursuivre. Alors qui pourrait me contredire ? Je balayais la salle du regard avec assurance, un sourire malicieux en coin, comme pour les inviter à me prouver le contraire.
Non, personne ne le pouvait.

Aviez-vous déjà ressenti l’enivrant parfum de la puissance ? Celui qui vous galvanise et qui vous fait croire que rien ne peut vous arriver ? Moi, oui. Chez moi, dans mon appartement miteux, je n’étais rien. Dans la boîte de nuit, j’étais tout. J’étais Ethan le séducteur, Ethan le Don Juan, Ethan l’ami de Leighton, cette si riche et populaire personne. Je souriais à tout va, à tout le monde, sans m’arrêter de danser, simplement exalté par cette façon de vivre qu’était la mienne. Le quotidien était ma nuit, les soirées étaient mon jour ; rien de plus simple à comprendre.

« Ce que t'es drôle ! Tu me fais rire tu sais ! »

Ses lèvres se déposèrent sur ma joue, en riant. Moqueur, je rétorquais :

« Ha, tu vois que t’es plus petite ! T’es obligée de te mettre sur la pointe pour me faire un bisou ! »

J’éclatais d’un grand rire libérateur qui marquait la fin de mes inquiétudes. Elle allait mieux, aussi baissais-je un tant soi peu ma garde. Juste un peu. J’étais déjà plus attentif que d’habitude. Plutôt que d’attendre des millénaires à ne rien faire, je préférais en mettre plein la vue à tous les autres danseurs. Je dois avouer que je m’étais entraîné à faire ces trucs là, parce que c’est tout ce qui me tenait à cœur. Impressionner, jouer les superstars, ça c’était mon rôle.

« J'ignorais que tu étais si bon danseur ! On va leur en mettre plein la vue toute la nuit ! Ils se sentiront tellement ridicules à côté de toi que tu vas tous les faire fuir ! »

Je lui fis un clin d’œil pour approuver ses dires. Je lui donnais volontiers raison, avec ma modestie invisible. Nous dansâmes un bon et long moment, certes loin des fumeurs, par prudence. Je surveillais un peu Leighton, prenant garde à ce qu’elle aille réellement mieux et qu’elle ne cherche pas juste à me montrer qu’elle était forte (il ne faut jamais sous-estimer les femmes, leur amour-propre est parfois encore plus prononcé que celui de nous autres, les hommes), et je savais qu’elle avait à cœur de ne pas me décevoir. Mignon de sa part, mais qui aurait pu être bien stupide dans le cas d’une nouvelle crise d’asthme. Mais non, elle semblait réellement aller mieux. J’étais satisfait ; tant mieux. Après une bonne demi-heure, à bout de souffle, je la pris à nouveau pour la pousser devant moi et l’amener au bar. Je commandais rapidement deux drinks frais, et riant de mes bêtises, je me tournais en autodérision, entre deux hoquets

« Whouuu, j’ai besoin d’une pause là… C’est que jouer les pros, ça tue ! »

Je me pliais en deux, entre rire et épuisement, et me relevait pour trinquer avec Lei’.

« A ta santé, petite ! »

Pourquoi étais-je si certain que tout se déroulerait bien de nouveau ? A vrai dire, mis à part la possibilité que Lei’ fasse une nouvelle crise d’asthme, nous étions tranquille, il ne pouvait rien nous arriver. Nous finirions par nous trouver une proie à mettre dans notre lit, complètement finis par les doses d’alcools successives que nous aurions consommé, et au matin, nous ne nous souviendrons plus de rien, et nous serions tout de même heureux d’avoir passé une nuit pleine de rebondissements…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

It's Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton]

Revenir en haut Aller en bas

What the Hell ?! [pv Ethan / Leighton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLLATERAL DAMAGE :: « near of wellington » :: ◮ the starlight nightclub-
Sauter vers: