Accueil  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez|

Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 296
♠ multinicks : Phila Thompson
♠ crédits : Ava by Ginny (moi)


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Gérante d'une animaelrie et soigneuse en Zoo
♠ mood :: Normale
♠ address book ::

MessageSujet: Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess Sam 18 Juin 2011 - 10:07


Tess & Ethan


    Le soleil est parfait aujourd’hui. Un temps tellement joli. Je mourrais d’envi d’aller me promener et de faire les boutiques. Mais non aujourd’hui je ne suis pas dehors au Zoo. Aujourd’hui je suis à la boutique que mes parents tenaient avant leur décès. J’aurais très bien pus la vendre. Mais les animaux je les aimais trop pour m’en séparer. De plus j’habite l’appart’ du dessus alors c’est assez pénible. Et puis c’est un peu la seule chose qu’il me reste d’eux. Même si tout avait été refait après le drame je sentais toujours leur présence.

    Je me dirigeais vers l’entrée de ma boutique. Les chiots étaient tous excités. Les chatons miaulés. Les oiseaux chantaient et tout le monde sentait ma présence à l’intérieur. J’ouvris en grand la porte pour faire passer l’air et mettre la pancarte « open ». Histoire d’avoir des clients. J’étais la seule animalerie de la ville est du coup elle fonctionnait bien largement même. Je faisais un excellente chiffre d’affaire et j’étais très satisfaite. Au moins je pouvais la garder sans soucis. J’avais de l’argent. Ma famille n’était pas non plus très riche mais j’avais du coup hérité. Je vivais confortablement avec mes deux métiers et l’héritage. Parfois un peu trop seule mais on fait avec. J’avais d’ailleurs mis une annonce dans le journal de la ville pour avoir un colocataire. Histoire d’avoir la vie moins longue. Etre seule le soir c’est ennuyeux je trouve.

    Je soupire. On meurt de chaud là dedans. Je prend un prospectus. Il me sert de ventilateur manuel. Je change l’eau des animaux. Puis je leur remet à manger. J’en prend deux ou trois dans les bras pour les câliner à leur demande. Je ne résiste pas. J’aime trop ces petites bêtes. Elles sont à croquer. Je remonte à mon appart’ deux minutes. Je prend sur mon bras Bilboquet mon perroquet. Il met de l’ambiance dans l’animalerie. Surtout qu’il répète tout ce qu’on dit. Je l’adore. Je l’ai depuis que j’ai l’âge de 14ans. Il me tient un peu compagnie au moins. Il est trop mignon. Je soupire. Je le pose sur son perchoir. Il était assez tôt encore. Et les clients n’arrivent pas avant 11h. Alors il faut attendre. Je lis un bouquin tranquillement derrière mon comptoir. Je ne vois pas forcément le temps passer d’ailleurs.

    J’entend la sonnerie qui m’indique qu’une personne est entrée. Je lève la tête. Je vois une tête blonde que je connais. Ce phénomène est connue ici. Ethan. Je fais qu’un sourire à moitié. Le style sourire en coin. Je me lève. Je me demande ce qu’il fait là. Je le vois mal avec un chien en animal de compagnie. Mais après pourquoi pas…

    -Alors que puis-je pour toi ? Lui demandais-je en prenant Bilboquet sur le bras.. Alors qu’il dit bonjour à mon nouveau client.

_________________


Show Me Your Love


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 507
♠ multinicks : /.
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Livreur de Pizzas.
♠ mood :: Faussement Heureux.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess Dim 19 Juin 2011 - 6:41

C’était une journée des plus banales, des plus ordinaires. Mon jour de repos, en fait. Pas de travail, ça c’était la vraie vie ! Mais c’était malheureusement impossible… Ca serait bien nan ? vivre sans travailler, j’veux dire. Bon, ok, j’avais des idées bidon, et c’est pas aujourd’hui que j’allais reformer la société d’un monde entier, ni même demain d’ailleurs. Jamais était plus exact. Même si grand-père disait toujours qu’il ne faut jamais dire jamais. J’ai toujours trouvé ce dicton stupide, pas vous ?! Bref, jusqu’à maintenant, j’avais encore rien fait de ma journée, à part… dormir, et manger un paquet de chips. Passionnant. Autant vous dire que j’étais affalé dans mon canapé comme le dernier des derniers, la main plongée dans le paquet. Mon salon était dans le bordel le plus total. Ca et là gisait des vêtements des derniers jours, plus quelques feuilles de publicité, et même d’autres paquet de chips de sortes diverses et variées. Et c’était pareil dans ma chambre… Je crois qu’il serait temps que je range… un minimum ! Mais sérieusement, j’avais comme une grosse flemme de bouger mes fesses… Comme d’habitude, me direz-vous. Au prix d’un effort inimaginable (rendez-vous compte ce que ça représente pour moi, Ethan !), je me levais, difficilement je l’admets. J’allais jusqu’à ma porte fenêtre, et avec mon pouce et mon index, j’écartais lentement les barres de mon store : le soleil m’aveugla, et je me protégeais les yeux de l’autre main, le temps de m’habituer. C’est vrai qu’il était déjà midi… J’aurais pas dû me coucher aussi tard, mais bon, c’était comme c’était. J’vous raconte pas les cernes que j’avais sous les yeux, c’était horriblement moche. Petit soupir en m’observant dans le miroir, quelques minutes après ; j’avais bien besoin d’un petit relooking, ou autrement dit, prendre une bonne douche, se coiffer et se raser. Ce que je fis donc.

En sortant, j’avais déjà l’air un peux mieux, plus… en forme. Bon, mes cernes étaient toujours là, mais… tant pis. Il aurait fallu que je dorme un peu plus. Trop tard ! Je prenais un caleçon dans l’armoire de ma chambre pour ensuite aller ouvrir les stores, histoire de laisser entrer un peu la lumière, que j’y voie plus clair. Eh ouais, j’ai pas que des idées stupides. Ensuite, je ramassais quelque peu tout ce qui traînait chez moi, pour ma bonne conscience. Je me rappelle même avoir trouvé un billet de 20 dollars ; comme quoi, on se plaint d’être pauvre alors qu’on jette ses billets par la fenêtre ! J’étais décidément incorrigible. Une fois que tout cela fut fait, je m’autorisais enfin à m’habiller. Consciencieux ? Pas vraiment, mais à ce stade de saleté, il fallait vraiment que je réagisse. J’enfilais rapidement un tee-shirt hard-rock café, mon jean le plus délavé, tout en sifflotant une bonne vieille chanson Rock’n’roll

« I’m on a Highwaaayyyy to Hell !!! ♫ »

Vous moquez pas, j’étais ridicule, je le savais bien, mais personne n’était là pour me voir ; alors j’avais toutes les excuses pour imiter Angus Young avec mon manche à balai, nan ?! Bref, mon appartement ressemblait enfin à quelque chose. Quelque chose de plus… propre, oui ! Et plus accueillant, toujours mieux pour quand des jolies filles viennent à la maison. Où tout simplement pour mes amies. Bon, maintenant que j’avais tout ça… ma journée venait de retomber dans l’ennui. Calme plat. Plus rien à faire de concret. Pas de travail, pas de tâches ménagères, pas d’amis à voir. Rien, nada. Réfléchissons… que pouvais-je bien faire aujourd’hui, mon jour de repos ? Je trouvais rien d’intéressant… Haranguer la foule en plein milieu de la rue, pour un discours humanitaire ? Trop débile, personne ne m’écouterait. Piquer le linge séchant dans le jardin d’un habitant riche ? Trop risqué, je pouvais me faire coincer. Allez draguer les jolies filles, encore une nouvelle proie ? Ouais… pourquoi pas. Je faisais ça souvent, mais en y réfléchissant mieux, j’adorais ça toujours autant. Et puis, les femmes sont si belles, si… savoureuses. Pour moi, chaque femme à un goût différent et me procure un plaisir nouveau. Le plaisir de la conquête…

Je sortais donc de chez moi, le sourire aux lèvres. Depuis le temps que j’arpentais les rues pour chercher des femmes, il fallait que je commence à m’éloigner de chez moi. J’étais plus ou moins sûr que si on traçait une ligne virtuelle représentant un cercle d’un kilomètre de diamètre autour de mon immeuble, je connaissais presque toutes les femmes ; jolies, du moins. Marchant dans les rues, arpentant les ruelles de la ville, mon mode chasseur était activé. Les yeux attentifs, je scrutais le moindre corps féminin qui se présentait à moi. Autant vous dire que j’avais parfois des frissons de dégoût. Puis, soudain, passant devant une animalerie (j’savais même pas qu’on en avait une ici), un visage m’attira… et pas qu’un peu. Une superbe blonde, au physique bien rôdé. Des belles jambes, une poitrine plutôt intéressante… Whao ! Il fallait que j’entre, à tout prix. Si j’arrivais à mettre celle-là dans mon lit, j’étais le maître des maîtres.

Qu’est ce qu’on faisait dans une animalerie ? On achetait des animaux. Donc, quelle était l’excuse la plus bidon, mais aussi la plus vraisemblable… ? Oui, je venais acheter un chien, bien sûr ! J’entrais donc, un sourire charmeur aux lèvres. « Alors que puis-je pour toi ? » Elle tenait un perroquet à la main, qui me souhaita la bienvenue tout comme elle, d’ailleurs. Faisant mine de regarder les chiens à l’intérieur du magasin, je la gardais tout de même dans mon visuel. L’adrénaline du chasseur tournait à plein régime en moi, comme cela l’avait toujours été. « Hmm.. je viens pour acheter un chien ! J’me sens un peu seul chez moi, j’ai besoin de présence… tu vois ? » Petit sourire charmeur à nouveau. Le sous-entendu était plus qu’explicite. « J’aime bien les animaux… je sais pas pourquoi, j’en ai jamais eu. Si, des poissons rouges, mais ça compte pas vraiment. Maman s’en occupait à ma place, et s’était plus une décoration qu’un animal de compagnie. C’est vrai quoi ! A part faire des bulles, ça sert à quoi un poisson ? » En disant cela, j’espérais capter son écoute. Le poisson mordait-il à l’hameçon ? Je l’espérais… elle était vraiment craquante !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 296
♠ multinicks : Phila Thompson
♠ crédits : Ava by Ginny (moi)


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Gérante d'une animaelrie et soigneuse en Zoo
♠ mood :: Normale
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess Lun 20 Juin 2011 - 7:41


Ethan ? Mais que faisait le phénomène de la ville ici ? Dans une pauvre animalerie. Je me le demandais bien. Oh il y avait bien plusieurs possibilités. Du genre.. «  Je viens pour mon chien il veut plus manger ces croquettes.. » Mais non le mythe Ethan s'effondrait sous mes yeux et à mes pieds alors je préférais ne pas penser à cette possibilité. Ensuite il y avait peut être le coté drague. Parce qu'il faut savoir que ce garçon doit avoir un beau palmarès de filles à son compteur. Et j'étais d'ailleurs plutôt assez fière de ne pas en faire parti. J'en connaissais qui tueraient pour juste être regarder par le beau blond. D'autres rêvaient de sortir rien qu'un soir avec lui. Elles sont juste folles. Elles auront le coeur brisé en moi de deux secondes avec lui. Il était loin d'être un type romantique. Il passait de filles en fille sans se préoccupaient d'elles. Je le trouvais ingrats et prétentieux. A la base tout ce que je déteste chez un garçon. J'aimais bien m'amuser avec les garçons mais je ne les plaquais pas sans raison. Lui se lasser de tout. Il y avait une possibilité. Il voulait réellement acheter un animal. Mais quel genre d'animal irait à ce playboy ? Parce que j'étais pas sûre qu'il puisse s'en occuper réellement. Il avait l'air tellement immature. Alala je voyais mal un animal vivre chez lui ! Je ne comprenais donc pas pourquoi il venait chez moi. Dans mon animalerie.

Je pris donc Bilboquet sur mon bras. Il monta carrément sur mon épaule. Il était plutôt poli puisqu'il salua Ethan. J'en avais fait autant. Je m'avançais vers lui. Il faisait plutôt chaud aujourd'hui et heureusement que j'avais adapté ma tenue pour ne pas avoir trop chaud. Mon débardeur caché les quelques écailles qui restaient dans mon dos d'à chaque fois que je touchais de l'eau et me transformais en sirène. En bas j'avais un short en jean et en des rangers en chaussure. Je me passais la main dans les cheveux en faisant attention à ne pas gêner mon perroquet. Je le regardais m'expliquer et surtout me raconter sa vie. Il voulait un chien. Bien..Il avait intérêt de s'en occuper correctement. Je n'allais pas non plus le fliquer mais j'étais capable de passer devant chez lui pour vérifier. Quoique j'ignorais totalement ou il vivait. Et la ville était tout de même grande. En plus ce n'était pas vraiment mon genre d'espionner les gens. Mais si j'avais des retours négatifs Il aurait à faire à moi. Ne voulait pas vendre un petit chiot d'amour trop mignon à un mec s'il ne me prouvait pas qu'il allait s'en occuper.

Je ne faisais pas tellement à sa technique de drague au passage. Pour l'instant c'était la première fois que je lui parlais et j'avais l'impression que chacune de ces paroles étaient fausses. Qu'il jouait constamment un jeu. Disait-il la vérité ? Il se sentait seul donc il voulait un petit compagnon... Bon ok. Admettons. Je le regardais. Un chien ne se choisissait pas comme ça. On ne prenait pas un chien parce qu'il était mignon. Non non non. On devait sentir que l'animal nous aimait déjà. Je n'étais pas sure qu'Ethan puisse réellement aimer un animal vu comment il jouait avec les gens mais après tout je n'avais pas le droit de lui refuser ça. Qui j'étais pour le juger ? Personne. Je ne le connaissais que de réputation. Je ne l'avais jamais fréquenté de loin ou de près. Mais on le retrouvait dans pas mal de conversation. Il draguait. Il jouait même avec les gens. Et il était faux. Je n'arrivais pas à la cerner et cela me perturber. Un jour peut-être que je l'apprécierais. Mais pour le moment je ne le connaissais pas. Et il ne donnait pas envi forcément envi d'être apprécier pour le moment. Je n'aimais pas ces airs de lover à deux balles. C'était quoi ces allusions telles que.. «  je me sens seul.. » Qu'est ce que j'en avais à faire. Ok il était célibataire. Mais après tout... Pas pour longtemps. J'étais persuadée que ce matin il s'était réveillé avec une top model dans son lit et qu'il l'a gentiment demander de partir. Enfin je me faisais des idées. Et c'était méchant de penser de telles choses. Je ne voulais pas juger sans connaître. Il fallait que j'arrête. En tout cas.. Je pouvais surement être aussi hypocrite que lui. Je souris. Histoire de ne pas faire fuir le client. Oui parce que pour le moment Ethan n'était qu'un client qui pouvait me rapporter de l'argent. Pas que j'en manquais mais c'était mon job. Conseiller les gens dans l'animalerie et vendre des animaux pour les rendre heureux. Enfin heureux ou malheureux. Certain les perdaient bêtement alors qu'il fuyait. Ou alors ce faisait écraser. Et encore mais c'était plus rare enlever.. Pour toutes sortes de trafique horrible. Je trouvais ça tellement petit de tuer des animaux de personnes en les attrapant dans la rue simplement pur leur fourrure. Qui achète de la fourrure de nos jours ? Oh oui les petites mémés riches. N'ont-elles pas un coeur ? Elles pourraient prendre du faux. Histoire d'éviter ça. Enfin bref. C'était un sujet qui me révolter. Je pouvais faire des protestations bien plus grandes je ne me priverais pas. Je trouvais ça inacceptable. Je me reconscentrais sur mon « client ».

Il voulait donc un chien. Je le regardais. Savoir quel genre de chien lui irait bien. Et j'avais ma petite idée. J'avais plusieurs races de chiens disponible ici. Mais pas trop non plus. Je ne supportais pas les voir entasser dans des cages. Je préférais en reprendre si j'en avais besoin plutôt que de les voir à longueur de journée malheureux. Car moi j'aimais les animaux heureux et en bonne santé. Quoi que même malade je les aimais. J'aimais bien les soigner. D' ou mon autre métier. J'étais soigneuse au Zoo de Wellington. On était pas beaucoup. Mais il en fallait. Et j'adorais ce métier. J'étais réellement en contact avec les bêtes sauvages. Ce qui m'avait une fois fallut le statut de blessée à l'hôpital. Un lionceaux un peu trop affamé m'avait mordu le bras à la place de son steak. Mais bon plus de peur que de mal. Avec le pouvoir que j'avais la cicatrice ne se voyait même pas. Et tant mieux d'ailleurs. Bref. Revenons à nos moutons.

Ethan m'avait parlé de son poisson rouge que sa mère nourrissait à sa place. Ca risquait d craindre pour son futur chien s'il n'était pas capable de prendre soin d'un simple poisson rouge qui ne demande même pas de câlins ou ne réclame même pas une promenade quotidienne. Voir Trois ou quatre promenades quotidiennes. J'avais d'ailleurs presque lever les yeux au ciel. Il était exaspérant. Mon dieu j'allais devoir prier pour cet pauvre bête qui l'aurait en maître. Et même il osait demander à quoi servait un poisson. Je souris. C'était pas drôle. Mais bon.

-Déjà un poisson c'est fait pour détendre. Et peut-être que ce n'est pas affectif mais ça a le droit d'être aimer.


J'allais rajouter «  on t'aime bien toi .. et pourtant il n'est pas affectueux » Mais je me retins. J'allais passer pour une fille orgueilleuse. Je ne pensais pas l'être donc je me taisais. Après nous allions partir dans des haussements de voix et très peux pour moi. J'avançais donc avec lui faire les chiots. A notre approche ils se mirent tous à aboyer. Ils étaient tellement mignon. Je regardais Ethan. Hum je savais quelle race irait bien avec sa personnalité. C'était le genre de chien actif et mignon. Je ne disais pas que Ethan était mignon...Quoi que si il était mignon. S'il n'avait pas ce caractère je suis sure que je pourrais l'apprécier.

-Bon pour le chiot.. Et bien je te conseille cette race. Un Beagle. C'est facile à dresser. Et très affectif. Disons qu'il n'aura qu'un maître. Et il sera fidèle.

Je pris le premier mal. Le plus mignon à mes yeux. Je le gardais quelques instants pour le caresser. Les chiots avaient déjà l'habitude du perroquet. Il ne cherchait même pas à le voir. Et Bilboquet ne lui disait rien. Lui était habitué à toute sorte de bêtes ce petit amour. Je tendis lle bébé chien à Ethan pour qu'il se familiarise avec.

-Je suis sûre que vous allez vous adorer. Tu en penses quoi ? Moi je crois qu'il est exactement fait pour toi.

J'eus à peine le temps de venir que le chiot .. était en train de pisser sur Ethan. Oh oui une grande histoire d'amour c'est totalement clair. C'était logiquement affectueux. Je ne pus m'empêcher d'éclater de rire. Je repris le chiot pour débarrasser Ethan. Je le gardais dans mes bras. Je lui fis un bisou sur la tête. Ce chien allait parfaitement avec Ethan c'était obligé. Il l'avait déjà adopté.

-Bon et bien je dirais qu'il t'aime déjà. Vous êtes fait l'un pour l'autre tu ne crois pas ?

_________________


Show Me Your Love


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 507
♠ multinicks : /.
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Livreur de Pizzas.
♠ mood :: Faussement Heureux.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess Mar 21 Juin 2011 - 1:59

Je crois bien que, dans son regard, j’avais lu de la surprise. Et pourquoi ? La seule raison évidente était qu’elle me connaisse déjà. Pourtant, si j’avais déjà mis cette fille dans mon lit, je m’en serais souvenu… Un corps comme le sien ne s’oublie pas aussi facilement. Oh, bien sûr, j’avais déjà eu des tas de femmes bien foutues, mais, mis à part Leighton (ma meilleure amie), c’était toutes des femmes superficielles sans un brin d’intelligence, qui se vernissent les ongles, se regardent dans leur miroir de poche et se recoiffent à longueur de journée. Je ne savais si celle qui me faisait face était intelligente ou non, mais de ce que je voyais pour l’instant, elle n’était pas plus maquillée que ça, et elle n’en était pas moins jolie. Et encore, le mot était faible… elle me faisait totalement flasher ! Vous vous en doutez sûrement d’ailleurs. Sinon, pourquoi serais-je donc entré dans le magasin ? J’étais un séducteur, mais j’séduisais pas n’importe quoi moi. Toujours les plus attirantes, et maintenant que je commençais à me lasser, les plus susceptibles de me résister étaient les meilleures. Même si je ne savais pas la belle blonde qui me faisait face capable de me résister… ou non. J’étais joueur, très joueur. Et dieu sait que je ne lâche jamais le morceau.

Zooey aussi d’ailleurs. Un bail que je lui coure après. Pourquoi me résiste-t-elle ? Parce qu’elle-même à déjà un tas de mecs avec lesquels elle peut jouer, et que moi, je ne l’intéresse absolument pas. Peut-être me suis-je livré trop facilement, je n’en sais rien. Le fait qu’elle me repousse, ça m’agace, mais au fond, j’adore ça. Le défi me plaît. Et puis au départ, si je lui fais du rentre dedans, c’est uniquement pour m’attribuer la hauteur de sa popularité. Mais depuis le temps, j’avais un peu changé. Enfin… je l’espérais. Certaines personnes avaient réussi à me remettre dans le droit chemin- celui de la vérité-, mais pas totalement encore. Regardez, j’avais gardé le goût de la conquête. Je sentais le regard de cette femme me dévisager de dos de manière intense, comme on regarde un extra-terrestre. Bizarre… Au moins elle m’observait, et j’allais pas m’en plaindre. Du coin de l’œil, je matais ses jambes couvertes d’un short, et le débardeur qu’elle portait plutôt… vraiment bien. Nan, sérieux, si je détestais la chaleur, le point positif était que les femmes se couvraient un peu moins, et du coup, y avait plus de choses à voir… Si vous voyez ce que je veux dire. Me retournant pour lui faire face, je constatais d’un coup d’œil expert qu’elle n’avait rien gobé de mon discours. Elle semblait… suspicieuse. Quoi ?! J’avais pas la dégaine d’un type qui aime les animaux et qui s’en occupe de manière responsable ?! Bon, d’accord, c’était vrai. Mais tout de même, elle ne pouvait pas me juger directement, comme ça, non ? A moins qu’elle ait déjà entendu parler de moi... Et là, ça expliquait tout. Le danger à être celui que je voulais prétendre être, c’est que, une fois connu, il était difficile de se hisser à un rang supérieur, et toute la popularité accumulée s’écroulait d’un coup, comme ça, à cause de la réputation parallèle qu’on s’était créé à vouloir gravir les échelons de la société de manière mensongère.

Sa position reflétait son état d’esprit ; la méfiance. J’étais tout sauf dupe, on pouvait pas me mentir, à moi. Ca se voyait comme le nez au milieu de la figure ; elle ne me croyait pas, du début à la fin elle m’avait écouté, sans jamais marcher dans mon manège. Quelle déception… Je ne pensais pas avoir perdu la main tant que ça… Où peut-être était-elle d’un rang supérieur aux proies habituelles de mon répertoire. Il fallait que je me hisse à son niveau, oui. Le sourire charmeur et l’excuse minable, c’est bon pour les débutantes, et aussi pour celles qui craquent sur moi avant même de m’avoir vu. Oui oui, ça existe ! On parle beaucoup de moi en ville depuis un certain temps… Je sentais qu’au fond, le mensonge, avec elle, ça marchait pas, mais alors pas du tout ! C’est marrant, mais j’avais jamais pensé à séduire une fille grâce à ma propre personnalité… Faut dire aussi que ça n’avait jamais marché, et que j’avais justement changé de vie pour cela. J’essayerai… un jour. Il était vraiment temps que je redevienne moi-même. D’ailleurs, en parlant de Leighton, si un jour elle se rendait compte de la manière dont je l’avais manipulée, ce serait la personne que j’aurais fait souffrir le plus ; mais je ne voulais pas ça… Enfin, je ne le voulais plus ! Pourquoi étais-je si diabolique ? C’était quelqu’un de bien, et pourtant, je me servais d’elle les trois quarts du temps. Soupir… mais intérieur.

« Déjà un poisson c'est fait pour détendre. Et peut-être que ce n'est pas affectif mais ça a le droit d'être aimer. »

Première remarque, et pas des plus sympathiques. Elle avait dit sur le ton du reproche. A mon avis mieux ne fallait-il pas aborder des sujets touchant aux animaux, je sentais dans sa voix une animosité particulière en la matière. De toute façon, j’avais dis ça, mais j’avais jamais eu de poissons. Hé non. Que lui avais-je donc fait pour mériter une telle froideur ? Je n’en savais trop rien. Peut-être était-elle comme ça avec tout le monde… Ou juste les inconnus.

« Bon pour le chiot.. Et bien je te conseille cette race. Un Beagle. C'est facile à dresser. Et très affectif. Disons qu'il n'aura qu'un maître. Et il sera fidèle. Je suis sûre que vous allez vous adorer. Tu en penses quoi ? Moi je crois qu'il est exactement fait pour toi. »
« Ok, on verra bien. »

Oh, d’accord. Si elle le disait, c’était sûrement vrai ! J’voyais pas pourquoi elle me conseillait celui-là plus qu’un autre, mais bon, ok ! Elle prit un mâle, et le sortant de sa cage me le tendit. C’est vrai qu’il était vraiment mignon, à un point que, pendant un moment, j’oubliais la véritable raison de ma visite, et que je me disais que j’allais l’adopter pour avoir enfin un compagnon fixe chez moi ! Je chassais cette idée de ma tête. Je savais bien que je n’arriverais jamais à m’occuper d’un animal, et bien que je sois quelqu’un de parfois méchant, je ne l’étais pas au point de faire souffrir un chien. Je prenais la petite chose entre mes mains, en souriant sincèrement, cette fois-ci. Ce qu’il était chou ! Ethan, tu perds la boule. Mais, deux secondes plus tard, cette image perdit de son côté mignon. Le chiot, visiblement vraiment TROP à l’aise avec moi, commença à déverser son urine… sur moi ! Je ne m’en rendis compte que quelques instants plus tard, lorsque la jeune femme explosa de rire, face à moi. Maintenant qu’elle le disait, je sentais quelque chose de tout chaud… Saloprie ! Sans savoir pourquoi, je riais moi aussi, avec elle. Sans me forcer. Etrange. Je trouvais ça drôle ; pas de quoi en faire une histoire, au pire je marcherais torse nu dans la rue. Comme si ça dérangerait quelqu’un…

« Bon et bien je dirais qu'il t'aime déjà. Vous êtes fait l'un pour l'autre tu ne crois pas ? »
« Heuu, oui ! C’est un peu fichu pour aujourd’hui, mais tant pis. C’est vrai qu’il est mignon. »

Elle me reprit l’animal des mains, un sourire ravi aux lèvres. Je crois qu’au fond elle était heureuse que j’ai été ridiculisé ainsi, mais moi j’en avais pas grand-chose à faire. Mieux valait en rire qu’en pleurer, non ?

« T’aurais pas un mouchoir, où quelque chose du genre s’il te plaît ? »

J’devais pas avoir l’air d’une star comme ça ! C’était gênant, surtout quand on était venu pour draguer un canon. Opération ratée, échec total. Mais tant pis, il y avait des jours sans. Quelque chose dans son rire avait déclenché un truc en moi. Elle avait vraiment l’air sympa, même si on voyait qu’elle ne m’aimait mais alors pas du tout…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 296
♠ multinicks : Phila Thompson
♠ crédits : Ava by Ginny (moi)


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Gérante d'une animaelrie et soigneuse en Zoo
♠ mood :: Normale
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess Lun 27 Juin 2011 - 1:56

Je me retenais de rire. Après tout ce n’était pas tous les jours qu’on voyait le beau goss de la ville dans une situation embarrassante. Effectivement Ethan venait de se faire arroser par un chiot. Celui même que je lui avais mis dans les bras, car monsieur c’était mis en tête de vouloir un chiot. On aura tout vu. Et puis je voyais plutôt mal Ethan avec un animal à la charge. Je n’étais pas sure qu’il soit assez mature. En plus si c’est pour voir défiler des conquêtes le pauvre. Il allait être totalement déboussolé. Tout le monde savait qu’un chiot avait besoin de stabilité et non d’exubérance. En tout cas moi j’étais presque fière du chien. Après tout ce n’était pas donné à tout le monde de voir Ethan gêné comme ça. Je fis un bisou sur la tête du chien avant de le remettre dans son enclos. Comme pour le félicité de sa bêtise. Ethan m’informa que pour le chiot c’était cuit. J’aurais dû m’en douter. Il était tombé dans son propre piège. Comme quoi il aurait dû en entrant ne pas avoir de mauvaises intentions. On sait tous ou cela nous conduit ce genre de choses. Ethan venait d’en faire les frais devant mes yeux.

Il me demanda un truc pour s’essuyer. Je souris. Histoire de ne pas rire. C’était déjà presque hilarant alors. Je m’éclipsais pour aller lui chercher une éponge. J’enfilais des gants en latex pour éviter de me mouiller les mains. J’humidifiais l’éponge et je revins faire mon client potentiel. Je lui passais l’éponge moi-même. Je n’étais pas si garce que ça. Et puis en plus il avait vraiment l’air mal finalement. C’était presque chou. Presque hein. Il ne faut pas croire que je tombe sous son charme comme ça. Je ne suis pas une fille facile. J’aime bien faire tourner en bourrique les garçons. Et si Ethan était réellement ici pour me draguer alors il allait en baver. Et si vraiment je lui plaisais il resterait. Sinon il n’en vaudrait pas la peine.

- Désolée pour l’incident. Tu ne prends pas de chien du coup ? Tu veux peut-être un poison rouge ? ça ne pisse pas partout promis. Juste faut leur donner à manger une fois par jour des petite granules ça te tente pas ? Et le prix et bien moins élever.

J’étais vendeuse avant tout. Et je devais vendre aussi mes animaux. Mais je préférais qu’il prenne un poisson qu’un chiot. Pour lui cela devait être plus facile à gérer. Et puis Ethan ne devait pas rouler sur l'or. Un chiot de race comme j'en vendais coûter un minimum de 500 euros. C'était le prix de base. Autant dire que lorsque j'ai vendu un chiot.. J'ai fait ma semaine. C'était plutôt rentable sachant qu'ils partaient " comme des petits pains".

J'allais retirer mes gants en faisant attention à ne pas me mouiller la peau. Je voulais éviter de ressembler à un gros poisson devant lui. C'était pas le top. Et je suis pas sure qu'il apprécie non plus. Les gens qui acceptent les kryptomonstres sont plutôt rares. Et je ne savais pas si Ethan en faisait parti. Je revins à lui. Il voulait un animal il allait en avoir un en sortant d'ici. Et j'avais de tout ici. En passant par des reptiles, aux araignées, et même les plus communs comme des lapins, ou hamsters. J'avais aussi des chatons. Des oiseaux. Et des poissons. En revenant donc vers lui je passais par le rayon reptiles et araignées. Je pris un python royal. Animal plutôt craintif. Certes il n'était pas pour Ethan.. Mais je voulais voir sa réaction. M'amuser aussi quoi. Je pris une mygale, au pas les grosses et mortelles. Celle ci n'avait plus de crocs pour mordre donc elle était inoffensive. Le serpent qui me connaissait se plaça sur mes épaule alors que je tenais à la main l'araignée. Je m'approchais d'Ethan en lui souriant.

- Sinon tu as ce genre d'animal. C'est de NAC, nouveaux animaux de compagnie. Leru prix est élevé mais ils sont divertissants. Tu veux prendre le serpent ? C'est un python royal. Et la dans ma main une mygale. Elle ne te mordra pas elle n'a plus de croc donc plus de venin. Tu voulais bien un animal en entrant ici ?

Je lui fis un souris malicieux. Le pauvre je me fichais de lui et il ne disait rien. Je m'en voulais presque. Après tout que je le connaissais pas. J'entendais seulement les dire sur lui. Plusieurs amis avaient été des "victimes". Et d'autres je m'en souviens au lycée auraient tué pour avoir juste un baiser. Cette engouement autour de lui m'avait toujours agacé. Mais au fond.. Qui était le vrai Ethan.. C'est une question qui vaut une réflexion. Peut-être que je pourrais apprendre à le connaître.. Je pouvais toujours envisager cette possibilité. Pare que dans ma tête je passais mon temps à le rabaisser. Mais je ne le connaissais pas. Il ne pouvait pas être qu'un être plein de défauts. Il devait bien y avoir du bon en lui. Prochaine mission: Découvrir qui se cache sous la carapace du draguer et menteur invétéré, Ethan.

_________________


Show Me Your Love


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 507
♠ multinicks : /.
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Livreur de Pizzas.
♠ mood :: Faussement Heureux.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess Mar 28 Juin 2011 - 23:01

Je me serais attendu à tout, sauf à ça. C’était bien ma veine. Mais bon… rien de très grave, juste que pour l’image du type classe et parfait, et bah… ça le ferait pas. Même pas du tout. Et dire que j’étais venu séduire cette jolie blonde… Pas de bol. Tu m’étonne qu’elle riait. Dès que j’avais franchi cette porte, elle avait d’emblée compris la raison de ma venue. A aucun moment elle n’avait fait mine de gober mon mensonge minable. J’étais pas très fier de moi, je vous l’avoue. Et surtout, j’étais plus que gêné de me retrouver tout mouillé… de cette manière. Elle, par contre, semblait plutôt contente du résultat, embrassa la tête du chiot (qui ne finirait décidément pas tout de suite chez moi) avant de le reposer dans son enclos. Je m’y étais vraiment mal pris ; on sentait qu’elle avait un préjugé très négatif sur ma personne… Je pouvais pas vraiment lui donner tord, on commençait à savoir que je n’étais pas celui que je prétendais être, mais plutôt un briseur exemplaire de cœurs, un Don Juan qui ne s’attachait à personne, qui couchait rien que pour le plaisir. Et c’était précisément pour cela que j’étais venu. Même si ça n’avait pas marché, car j’avais été pris la main dans le sac.

Quand je lui demandais de quoi m’essuyer, elle me balança un sourire du genre « mais bien sur, mon gros plouc. » Je pouvais pas lui en vouloir, j’en aurais fait de même à sa place. Elle devait bien rire de la situation, et je suppose qu’elle aurait de quoi faire saliver ses amies pendant des semaines. Le genre de ragots qui plaît à tout le monde. Je la regardais prendre des gants en latex, penchant la tête de côté parce que je n’étais pas sûr de bien comprendre leur utilité. Elle prit une éponge légèrement humidifiée, pour me nettoyer de son propre chef. C’était mon tour de sourire. Finalement, même si elle ne me portait pas dans son cœur, elle était sympa. Elle n’était pas obligée, après tout, personne ne l’y avait forcée. L’observant une fois de plus, je ne me laissais pas de vanter intérieurement sa beauté, ses formes. Je ne savais rien d’elle, et pourtant, quelque chose me poussait à retenter l’expérience, mais de manière plus directe. Jouer cartes sur table. C’était pas quelque chose que je faisais tous les jours, voire même jamais, en fait. Mais cette fille était tout simplement sublime, avec un rire et un regard qui… qui quoi ? J’en savais trop rien. Je crois que ma gorge était plus ou moins nouée, et je frissonnais un peu. Vraiment trop bizarre… Je tentais d’adopter une pose décontractée, mais on voyait bien que j’étais pas à l’aise.

« Désolée pour l’incident. Tu ne prends pas de chien du coup ? Tu veux peut-être un poisson rouge ? ça ne pisse pas partout promis. Juste faut leur donner à manger une fois par jour des petite granules ça te tente pas ? Et le prix est bien moins élevé. »
« Heu… t’en fais pas. Je sais pas trop, le poisson rouge, c’est un peu ennuyant comme animal de compagnie… »

Je passais nerveusement ma main dans mes cheveux. Elle savait aussi bien que moi que je n’avais aucune intention de prendre un animal, alors pourquoi insistait-elle ? Pour me mettre mal à l’aise ? C’était fort possible. Elle repartit au fond du magasin, pour enlever ses gants (dont je n’avais toujours pas compris l’utilité), et je la regardais de loin passer dans divers rayons. Je me demandais ce qu’elle pouvait bien mijoter, mais au fond de moi, quelque chose me disait que cela ne présageait rien de bon. En tout cas, de bon pour moi. Je me crispais légèrement, anxieux. Et lorsqu’elle revint enfin, je compris que j’avais de quoi me faire du souci. Sur son épaule reposait un super long serpent, genre le même que dans Harry Potter. Sauf que moi, je parlais pas leur langue comme l’autre à la cicatrice en forme d’éclair, et que j’avais super peur. Et puis, dans sa main, pour en rajouter une couche, y avait une mygale. J’avais failli crier. J’me disais que j’avais pas peur, que j’étais un grand garçon, et que ces bêtes là sont justes méchantes dans les films, que c’est que des stéréotypes et tout et tout. Toutefois, je flippais à mort quand même. A chaque pas que la fille faisait, en avançant vers moi, je me retenais de partir en courant. Vous imaginez même pas les efforts que je faisais. Elle cherchait juste à me faire peur, me faire fuir, s’amuser encore ? Je serrais les dents.

« Sinon tu as ce genre d'animal. C'est de NAC, nouveaux animaux de compagnie. Leur prix est élevé mais ils sont divertissants. Tu veux prendre le serpent ? C'est un python royal. Et la dans ma main une mygale. Elle ne te mordra pas elle n'a plus de croc donc plus de venin. Tu voulais bien un animal en entrant ici ? »

Je sentais l’ironie poindre dans sa voix ; ça se sentait à milles lieues qu’elle se moquait de moi. A choisir entre le python royal et la mygale, j’préférais encore le serpent. Allez savoir pourquoi. Prenant mon courage à deux mains, et fermant à moitié les yeux, je tendais la main pour quelle me donne le python.

« Le.. python.. royal.. à l’air sympathique. »

J’avais vraiment du mal à faire une phrase tellement j’avais les chocottes. Le sourire plein de malice sur son visage traduisait son amusement plus que certain. Mais j’avais à cœur de lui prouver que je pouvais être autre chose que ce qu’elle pensait de moi. Mon orgueil qui me jouait des tours. Me mordant la lèvre comme jamais, je pris le serpent sur mes épaules, et tentait de lui faire un sourire. Pas très réussi. Les secondes passant, j’avoue que j’étais un peu plus rassuré. J’étais pas encore mort. Bonne nouvelle. Je le gardais pas trop longtemps tout de même, et lui tendait à nouveau l’animal, en poussant un soupir de soulagement sonore.

« Hm.. c’est pas vraiment ce que je préfère, si tu vois ce que je veux dire ? »

Je lui souriais amicalement, plutôt fier de moi. C’est pas tout les jours qu’on trouvait le courage de tenir un serpent sur soi, surtout quand on avait horreur de ça, comme moi. Maintenant j’étais certain de vouloir retenter ma chance avec elle. C’était une personne plutôt… particulière. Elle semblait être différente des autres, et ça, ça m’attirait. Il était grands temps de devenir franc avec elle…

« Ecoute, je ne sais même pas comment tu t’appelles, et je ne me suis même pas présenté. J’m’appelle Ethan, Ethan Pendragon. Ravi d’avoir fait ta connaissance. A vrai dire… tu me plais beaucoup, et si je pouvais avoir l’honneur de… de t’inviter à boire un verre, un de ces quatre, pour te montrer que je ne suis pas qu’un menteur, ça me ferait vraiment… très… plaisir. »

Pas facile à dire tout ça. Niveau émotions et sentiments, j’étais pas le meilleur pour dire ce que je ressentais. Mais je l’avais fait. A elle de me dire ce qu’elle en pensait maintenant. Je croisais les doigts pour qu’elle accepte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 296
♠ multinicks : Phila Thompson
♠ crédits : Ava by Ginny (moi)


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Gérante d'une animaelrie et soigneuse en Zoo
♠ mood :: Normale
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess Ven 1 Juil 2011 - 9:49

Je n’en revenais pas. Je n’en revenais pas ! Il avait pris la serpent ! C’était plutôt un exploit. Je crois que les seules personnes à les avoir touchés, étaient mes parents et moi. Personne n’osaient les approché. Les pauvres. Je les trouvais fascinants moi. Il avait une part de mystère, de méchanceté et aussi de fidélité. On ne pouvait pas les tromper. C’était des animaux très intelligents. Et pareil pour les mygales. Elles avaient beaux inspirer le dégoûts chez une tonne de personnes.. Moi je les trouvais mignonnes. D’ailleurs après avoir tendu le serpent à Ethan je la laissais grimper sans grimpe sur mon bras. Elle ne me ferait rien. J’avais confiance en elle et ces bête là je savais. Bon il est vrai qu’il ne faut pas crier. Elles ont horreurs de ça. Si elle avait encore des croc et qu’elle entendrait crier elle attaquerait car elle se sentirait en danger. Alors maintenant pour les vendre on leur retirer leur venin et leur crocs. Pour éviter les accidents. Ci ma copine avait son poison elle pourrait me paralyser rien avec une morsure tout mon bras.. voir pire si je ne pas prise à temps. Bon l’effet est provisoire mais ça fait un drôle d’effet si on veut mon avis.

Enfin bon. Ethan prit le serpent dans ces bras. Il n’avait pas l’air très fière. Je ne voyais pas pourquoi. Les serpents attaquaient aussi que lorsqu’ils se sentaient en dangers. Et c’était plutôt eux qui nous craignaient. Enfin cette espèce en tout cas. Après les anacondas et tout les gros serpents étaient plutôt pas à approcher eux. Mais bon. Ils ne vivaient pas tout près d’ici. Je souriais. Comme quoi il arrivait à m’impressionner lui aussi. Je les regardais presque fascinait. Je n’avais pas l’habitude de le voir comme ça. Etais-ce vraiment pour moi tout cela ? Je ne savais pas trop. Peut-être que oui ou peut être que non. Je ne pouvais pas savoir. En tout cas il me fit part de son impression. Ce n’était pas son truc. Je comprenais. Pour une fois qu’il ne mentait pas. C’était plutôt un bon début.

-Peu de gens les apprécient. Je ne comprend pas pourquoi. Un serpent c’est comme un chat.. Ça peut tuer.. Sauf que le chat c’est plein de poil et adorable. Le serpent est pas forcément du goût de tout le monde. Moi je les trouve fascinant. Autant qu’elle dis-je en montrant la mygale monter sur mon bras et arriver sur mon épaule. Je suis sure que je sors avec elle comme ça.. Elle fait crier des personnes. En tout cas les mygales sont pas méchantes lorsqu’elles n’ont pas peur. C’est presque inoffensif.

Je lui envoyais un sourire en reprenant le serpent pour ne pas le mettre plus dans l’embarras mais surtout pour éviter que le serpent se sente menacer avec lui et qu’il commence à l’étrangler. Je remis les deux animaux dans leur cage respective. Je n’allais pas plus le stresser. J’aurais pu sortir un iguane ou caméléon. Mais non. Nous allions parler sans présence animal. Parce que sinon il allait partir en courant et ne plus jamais revenir. Je n’aurais pas eu le temps d’en savoir plus sur lui. Peut-être qu’il avait un fond bien après tout. Comment pourrais-je le savoir si je ne faisais qu’écouter les dires des mes amies « victimes » du charme de beau blondinet.

Puis il se lança dans une déclaration. Pas tellement d’amour. C’était un peu maladroit mais mignon. S’il faisait ça avec toutes les filles je comprenais maintenant qu’elles tombent toutes dans ses bras. Il devait en avoir sur succès avec les filles. Mais moi je n’allais pas craquer. Dans le pire des cas nous finirions amis. Rien de plus. Je ne voulais pas m’engager dans une relation sans avenir avec lui. C’était pas ce qu’il recherchait lui ? Je ne savais pas des masses. Mais je voulais pas craquer. L’amour fait mal. Je préfère ne pas connaître la personne et ne jamais la revoir. C’est surement encore mieux.. Quoi que.. Je ne savais même pas ce que c’était l’amour réellement. Pourtant ce discours me plut. Pourquoi ? Parce qu’il avait au moins l’honnêteté de tout me dire. Et je savais à quoi m’en tenir. Ah oui il se présenta aussi. Comme si je ne savais pas qu’il était. Il ne devait même pas se souvenir de moi. Le lycée était déjà trop loin pour lui. Il est vrai que nous nous traînions vraiment pas ensemble. Je souris. J’allais aussi me présenter.

- Je sais qui tu es. On était dans le même lycée.. Teresa Rider. Mais on m’appelle juste Tess tu peux en faire autant.

Puis je réfléchis à la proposition. Boire une verre.. Mais pourquoi maintenant ? Je n’avais aucun client et j’étais à mon compte et ma propre patronne alors je pouvais faire ce que je voulais. Je souris, un demis sourire simplement. Avant de répondre.

-Pour le verre maintenant ça te va ? Juste pour faire connaissance !


_________________


Show Me Your Love


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 507
♠ multinicks : /.
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Livreur de Pizzas.
♠ mood :: Faussement Heureux.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess Ven 1 Juil 2011 - 22:56

J’avais conscience d’être maladroit, plus que vous ne le pensez. Pour peu, le rouge me serait monté aux joues, tellement cette situation m’était étrangère. La franchise, ce n’était pas mon fort, et ne le serait jamais. Pourquoi se forcer à dire des vérités difficiles, plutôt que de débiter des mensonges faciles ? De toute façon, dans ma vie, j’avais toujours choisi la voie de la facilité ; c’était là mon grand défaut. Me cacher derrières des apparences plus que trompeuses ; là résidait tout mon art. Cela me permettait de ne jamais être déstabilisé, de toujours avoir la maîtrise de la situation. Le maître du jeu, c’était moi, les règles, je les changeais selon ma volonté, et je gagnais à tous les coups. Enfin… d’habitude. Parce qu’aujourd’hui j’étais grand perdant, et dieu sait que cela ne m’arrivait pas souvent. Voire même jamais. Qui était cette femme pour me prendre à mon propre jeu, mettre mes sens en déroute et contourner habilement les règles que je connaissais par cœur ? Elle m’impressionnait. Personne n’avait jamais encore devancé le grand Ethan, le séducteur mythomane né. Un peu froissé par ma défaite, touché dans mon amour-propre, je me cherchais des excuses, mais je n’en avais pas vraiment. La femme qui me faisait face était quelqu’un de différent, de plus mature certainement que ses congénères, car elle avait su discerner d’emblée qui j’étais. Mais je me relevais vite, et aussi décidais-je d’outrepasser cette frustration pour voire là avec bonheur que j’avais choisi une cible particulière. Quelqu’un qui éveillait en moi des choses nouvelles, qui relançait mon jeu favori avec splendeur et magnanimité, qui donnait un nouvel attrait à mon quotidien ; moi qui commençait à m’en lasser, elle m’avait défait de tout cela.

Lorsque je lui rendis le serpent, et avouais simplement que j’en avais plutôt peur (j’me méfiais de ces bêtes là, elles étaient intelligentes et vicieuses), elle ne me sembla pas plus étonnée que ça. Puisque, de toute façon, je pensais que son unique but avait été de m’impressionner, me faire peur. Ou me tester, que sais-je encore. Si c’était un test, je crois que j’avais passé l’épreuve avec plus ou moins de succès. J’imagine qu’elle en s’attendait absolument pas à ce que je relève le défi, vu qu’elle me considérait comme un moins que rien jusqu’à maintenant. Mais je l’avais fait. J’en étais étonné moi-même. Le courage n’était pas une qualité que je pouvais me vanter de posséder, mais une fois n’est pas coutume, je me prouvais à moi-même que j’étais capable de choses insoupçonnées. Surprenant. Mais bref, tant qu’elle comprenait que je n’aimais ni les reptiles ni les arachnides…

« Peu de gens les apprécient. Je ne comprends pas pourquoi. Un serpent c’est comme un chat… Ça peut tuer… Sauf que le chat c’est plein de poils et adorable. Le serpent est pas forcément du goût de tout le monde. Moi je les trouve fascinant. Autant qu’elle. Je suis sure que je sors avec elle comme ça.. Elle fait crier des personnes. En tout cas les mygales sont pas méchantes lorsqu’elles n’ont pas peur. C’est presque inoffensif. »

Elle montrait sa mygale du doigt en la laissant grimper sur son épaule tandis que je réprimais un frisson. Chez les humains, personne ne savait vraiment pourquoi les araignées nous répugnaient tant. Mais le fait est que leurs corps évoquaient pour nous le dégoût, la peur, et toutes sortes de choses encore. C’était même une des phobies les plus répandues au monde. J’étais d’accord sur le point qu’un serpent était fascinant. C’était des bêtes très intelligentes qui vivaient d’une façon intéressantes pour nous, mais… c’était aussi dangereux. Et ce qui est dangereux fait peur. Et puis dire qu’une mygale, c’était presque inoffensif… heu… je voulais bien la croire, mais à ce moment là, fallait en donner une autre image dans les films. Les aventuriers de l’Arche Perdue, Harry Potter… j’en passe et des meilleures, toutes ces sagas là donnaient une image néfaste de ces animaux. Alors, dans ces conditions, comment les aimer ? C’était une question intéressante, et cela ne semblait poser aucun problème à la jeune femme. Tant mieux pour elle, me direz-vous. Elle me reprit le serpent des bras, et me sourit. Sincèrement. Encore quelque chose de nouveau, puisque jusqu’à maintenant, elle n’avait jeté que son dédain et son arrogance sur moi. Décidément, les belles femmes ont un sacré caractère.

Revenons-en au compliment que je venais de lui faire, compliment surenchérit d’une invitation à boire un verre. Je ne connaissais rien d’elle, mais elle m’intéressait fortement. J’avais envie d’en savoir plus, de connaître les moindre détails de sa vie qui, je n’en doutais pas, ne ressemblait en rien aux autres vies. Elle me semblait hors du commun, totalement étrangère aux stupidités qui font la race humaine, d’une qualité inouïe. Oui, cette nana là m’époustouflait. Et j’avais pas l’habitude d’être impressionné, surtout par une femme, car je croyais tout savoir sur elles, tout connaître. Mais je me trompais.

« Je sais qui tu es. On était dans le même lycée.. Teresa Rider. Mais on m’appelle juste Tess tu peux en faire autant. »

Elle s’appelait donc Teresa. Joli prénom. Et elle me connaissait donc déjà… Ce qui expliquait beaucoup de choses depuis que j’étais entré ici. Elle ne devait pas être étrangère à mon comportement, mes habitudes. Mais… comment n’avais-je pas pu remarquer cette femme au lycée, alors que sa beauté me transcendait aujourd’hui ? Je ne comprenais pas. J’avais l’impression d’avoir raté quelque chose, manqué un épisode de ma vie. Il est évident que si je l’avais rencontrée des années plus tôt, elle aurait déjà sans doute finit dans mon lit. Mais… non. Peut-être en était-elle fière, peut-être considérait-elle qu’elle avait eu raison. Toutes les femmes ne sont pas prêtes à offrir leur corps à n’importe qui, et ces femmes là ont plus de vertu que les autres ; je dois bien le reconnaître.

« Pour le verre maintenant ça te va ? Juste pour faire connaissance ! »

Juste pour faire connaissance, hein ? Ca ne m’étonnait guère, mais c’était pas plus mal. Au moins, ça me donnerait loisir à la revoir, car généralement, quand j’avais mis une proie dans mon lit, elle n’offrait plus aucun intérêt. Cela faisait longtemps que je n’avais pas entretenu une véritable relation avant de passer à l’acte, et non pas que ça me manque, mais j’avais l’impression qu’avec cette femme là, il n’en serait possible autrement. Pourquoi pas.

« D’accord, de toute façon j’ai rien d’autre à faire… Tess… »

Je glissais son diminutif avec un sourire ravi, comme un gamin à qui on vient de révéler un secret en lui faisant promettre de le garder pour soi. Si seulement j’avais pu la garder pour moi, ce dont je doutais fort, je n’aurais pas hésité longtemps… Bref, nous partîmes donc. En arrivant à un café que je connaissais plus ou moins bien, nous nous installâmes à une table ronde, sur la terrasse, et attendant qu’on vienne prendre notre commande, j’engageais la conversation.

« Alors, c’est ton animalerie ? Tu la gères toute seule ? »

Rien de bien intéressant, mais j’allais pas non plus lui demander si elle avait eu des relations sexuelles récemment, où si elle prévoyait d’avoir des enfants dans sa vie. J’suis pas totalement con.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 296
♠ multinicks : Phila Thompson
♠ crédits : Ava by Ginny (moi)


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Gérante d'une animaelrie et soigneuse en Zoo
♠ mood :: Normale
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess Dim 3 Juil 2011 - 5:11

Je ne savais pas si accepter cette invitation à boire un verre avec Ethan était une bonne chose. Mais trop tard pour faire demi-tour. Nous étions lancé. J'avais dis oui. Je ferais bien si je le regretterais. Si son plan n'était que me draguer.. Ou si vraiment il avait une personnalité et qu'il voulait bien s'en servir pour qu'on devienne amis. Pour le moment on ne pouvait rien envisager de plus. Moi je ne voulais pas plus. Oh c'était pas que je ne le trouvais pas mignon. Non, toutes les filles trouvent Ethan mignon, et même moi je ne suis pas une exception sur ce point de vue. Il avait un charme fou naturellement. Et ce petit veinard en profiter un maximum. Un peu trop parfois. Vu que cela lui servait pour accéder à l'argent, au sexe et même aux filles. On pouvait croire parfois qu'il était né pour draguer. Enfin après c'était le seul aspect de sa personnalité qui ressortait le plus. Enfin je trouvais. Après si j'avais aussi accepté de boire un verre avec lui c'était pour le connaître. Après tout je ne pouvais pas le juger comme ça sans le connaître. C'était pas poli et surtout c'était pas mon genre..

Il était content. Cela se voyait à sa tête.. Et à la façon dont il prononça Tess, mon diminutif. Je souris avec un haussement de sourcil discret. Bon et bien déjà je n'allais pas m'ennuyer je le sentais. Avec un phénomène comme lui.. Ce moment risquait d'être drôle. Je fis un papier pour dire que je revenais plus tard. Je fermais la boutique. Laissant Bilboquet sur son perchoir. Il n'allait pas trop faire de bêtises. Il avait l'habitude. Et puis je reviendrais pas trop tard à mon avis. Je tourner la pancarte pour mettre " Close ". Je collais mon message pour les clients potentiels avant de me lancer sur le trottoir avec Ethan.

Il me commença à me parler. Voulait-il vraiment savoir des choses sur moi, ou jouait-il ? Je n'arrivais pas encore à savoir. On se dirigeait vers le premier bar sympathique de la rue. Je m'installais à la terrasse. Je ne fumais pas mais comme il faisait bon on pouvait boire " ce verre" dehors. Il m'avait demandé si je gérais mon animalerie toute seule. Je souris à moitié. Ce n'était pas mon seul emploi.

-Oui, mes parents sont décédés j'ai repris leur boutique.. Mais ce n'est pas mon premier métier. Je recherche une vendeuse ou vendeur d'ailleurs.. Parce que je suis surtout soigneuse au Zoo de la ville.

Le serveur arriva pour prendre notre commande. Je n'eux pas à réfléchir longtemps j'adorais la bière. Je tenais ça de mon père apparemment. Mais bon on s'en fiche.. C'est pas très alcoolisé pour que je passe pur une habituée de la boisson. Je lui en commandais donc une. Ethan commanda aussi.. C'était à moi de poser une question. Après tout si je voulais en savoir plus sur lui c'était de cette façon. Sauf que moi je n'allais pas demander quel métier il faisait. Je l'ignorais mais je trouverais bien un moment pour le savoir.

- Et sinon en ce moment tu as une petite amie ?

Du rentre dedans ? Pas du tout. Pour savoir à quoi je devais m'en tenir. S'il était libre et qu'il cherchait une copine. Ou s'i avait une copine et qu'il voulait juste la tromper. Je n'avais aucune idées de la possibilité.. Je ne connaissais surement pas sa vie sexuelle et sentimentale. Et heureusement.

_________________


Show Me Your Love


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 507
♠ multinicks : /.
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Livreur de Pizzas.
♠ mood :: Faussement Heureux.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess Dim 3 Juil 2011 - 6:59

J’étais sincèrement heureux qu’elle accepte ma proposition, aussi un sourire radieux se profilait sur mon visage. Ca voulait quand même dire que mon petit speech avait pas été aussi nul que ça… Ou sinon, elle se moquait de moi et voulait me piéger à nouveau. Mais… non. Je ne pouvait pas croire ça d’elle ; Tess semblait être une femme bien, et pas si méchante que ça. Même si elle s’était bien marrée à me casser des minutes durant. Et faut dire qu’avec son chiot, elle avait bien réussi son coup. Maintenant que j’y repensais, ça me donnait presque envie de rire. Et puis… j’avais tenu un serpent, aussi ! J’étais drôlement fier. Pour une fois que j’pouvais vraiment me vanter de quelque chose que j’avais fait ! Teresa devait savoir aussi bien que moi que maintenant qu’elle avait accepté de boire un verre avec moi, elle ne pouvait plus faire marche arrière. Et ca, c’était tout bon pour moi qui voulais en apprendre plus sur elle. Bref, nous étions donc assis à cette table, à ce bar, et l’interrogatoire pouvait commencer. J’étais curieux, oui, très curieux. Du coup, j’avais envie de savoir tout ce qui se passait dans sa vie. Ses histoires, son histoire. Tout quoi ! Avait-elle un copain ? Je me doutais que oui. Une fille comme elle ne pouvait pas rester seule longtemps, tous les mecs devaient désirer lui sauter dessus, comme… moi, au fait. Depuis que je l’avais rencontrée dans son animalerie, j’avais du mal à détacher mon regard d’elle. J’savais pas trop pourquoi, parce que même avec les canons que je mettais dans mon lit chaque nuit, j’avais pas un regard pour elles. Juste du sexe, rien que du sexe. J’préférais même éteindre la lumière, parce que leurs visages avec trois couches de maquillage, ça risquait de fondre à tout moment à cause de la chaleur des ébats. Eh ouais, je prends mes précautions. Parce que le maquillage coulant sur un visage de mannequin, ya rien de pire pour tuer l’envie d’un mec. Mais, en regardant Tess, je me rendais compte que du maquillage, elle en avait pas. Faut dire qu’elle en avait pas besoin, jolie comme elle était… Je secouais la tête. J’avais les idées pas claires. Peut-être toute l’émotion subie depuis le début de l’après midi…

« Oui, mes parents sont décédés j'ai repris leur boutique.. Mais ce n'est pas mon premier métier. Je recherche une vendeuse ou vendeur d'ailleurs.. Parce que je suis surtout soigneuse au Zoo de la ville. »

Oh, typique moi de poser des questions cons comme ça. Elle parlait de la mort de ses parents comme on met un sucre dans son café, et glissait rapidement sur le sujet pour répondre à ma question.

« Oh, désolé pour tes parents. Je vois, deux boulots, pas facile à gérer. J’ai déjà du mal parfois à livrer les pizzas à tant… »

Ouais, bon, ok, j’étais pas une référence en matière de boulot, parce que j’étais franchement flemmard sur les bords. Pendant ce temps là, le serveur arriva pour prendre notre commande. Faisant un signe de la main pour dire à Tess de commander d’abord (autant jouer les gentleman tout de suite), je la laissais prendre une bière. Non sans ouvrir grand les yeux. Une femme qui boit de la bière ? Etonnant. Tess ne cesserait de me surprendre, apparemment, et je souriais amusé. Etant un personnage plutôt hors du commun moi-même, je ne me permettrais pas de la juger. Je prenais quand à moi le cocktail maison, peu m’importait ce qu’il y avait dedans. J’étais pas là pour boire. J’étais en train de réfléchir quelle serait la prochaine question que je poserais, mais… je n’eus pas vraiment le temps d’aller au bout de ma réflexion. Tess se chargea de poursuivre la conversation. Et puis de quelle manière…

« Et sinon en ce moment tu as une petite amie ? »

Dans le genre curieux, j’avais trouvé mon maître. Je trouvais sa question osée et intriguante pour quelqu’un qui m’avait démonté depuis le début. Et j’étais encore une fois surpris. Mais apparemment, c’était chose fréquente avec Teresa. Etait-elle intéressée ? Ou se demandait-elle si moi je l’étais ? Je lui avais clairement dis qu’elle me plaisait, et aussi avais-je pensé que les choses étaient fixées. Mais… peut-être me prenait-elle pour le genre de gars polygame. J’allais lui répondre franchement à nouveau. Une fois lancé, j’allais quand même pas m’arrêter.

« Hmm… non. Je n’en jamais vraiment eu, en fait. La dernière en date doit dater du… lycée. Oui. J’ai du mal à tenir une relation sérieuse avec une personne du sexe féminin. »

Je me mordais la lèvre, dans une moue un peu gênée. Je ne sais si c’était une question de bonne volonté, mais quoi que je fasse, je finissais toujours par me lasser des femmes que je fréquentais. Peut-être que cela tenait-il au fait que j’attendais que quelqu’un d’exceptionnel croise mon chemin pour tenter une expérience longue et sérieuse ? J’en savais rien. A vrai dire, je n’y avais jamais réellement pensé. Des fois, je pensais à reprendre ma vie en main, plutôt que de sombrer dans la débauche et le mensonge, mais j’avais du mal. C’était un terrain glissant sur lequel j’avais du mal à tenir debout, et se laisse tomber était tellement plus facile que de lutter comme un acharné.

« Et… toi ? »

Je ne pensais pas qu’on en arriverait à des questions personnelles aussi rapidement, mais puisque Teresa avait entamé le sujet, autant m’engouffrer dans la brèche ouverte avant qu’elle ne se referme. J’en profitais donc pour lui retourner la question. J’étais avide de savoir, non pas qu’un petit ami me fasse peur, mais c’était quand même rudement plus dur de séduire une femme prise. Et je pense pas que quelqu'un pourrait contredire ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 296
♠ multinicks : Phila Thompson
♠ crédits : Ava by Ginny (moi)


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Gérante d'une animaelrie et soigneuse en Zoo
♠ mood :: Normale
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess Sam 16 Juil 2011 - 10:46

Parfois je me demande pourquoi je prend de telles décisions. Et la je me demandais pourquoi j'acceptais de boire un verre avec Ethan. Je savais que son seul but serait de me mettre dans son lit. Ce qu'il n'allait jamais réussir à faire car j'étais pas une fille facile. Je couchais avec les garçons seulement lorsque j'en avais envi. Et pour le moment Ethan ne me faisait pas envi. Bon peut-être que bourrée j'accepterais.. Mais sachant que je ne bois que de la bière... je ne serais presque jamais saoul ou alors il faudrait que j'en abuse. Ce qui n'était pas mon genre. Je préférais rester lucide pendant l'acte. Et non me réveiller sans savoir avec qui j'ai couché. Enfin la en ce moment je me demandais pourquoi... Ok j'avais décidé de laisser une chance à Ethan. Mais je me trompais ou pas sur lui. Les gens, enfin filles, disaient souvent du mal de lui. J'étais peut-être trop naïve. Est ce qu'un garçon tel que lui pouvait changer pour une fille telle que moi. Je me faisais peut-être des idées. Je m'attachais aussi trop vite. Ethan était plutôt attachant lorsqu'il ne faisait pas l'andouille. Et si il jouait avec moi je pouvais certifier qu'il allait le regretter. Je n'étais pourtant pas le genre à faire payer. Rancunière oui. Mais je ne fichais pas mal des gens. Mais si on jouait de moi. C'était inadmissible.

Je bus une gorgée de ma bière. Le serveur venait de les apporter. Charmant d'ailleurs celui ci. Enfin je n'étais pas là pour le draguer. Je voulais savoir si Ethan était un garçon fréquentable ou pas. J'avais un peu peur du résultat. Je ne savais pas vraiment quoi penser. Pour le moment il n'était pas dans le négatif. Mais il n'était pas non pus dans le positif. Vous l'aurez compris je suis indécise. Logique je le connais depuis allez quoi.. Trois quarts d'heure. Alors faire confiance déjà impossible pour moi. J'étais de nature méfiante. Avec le pouvoir que j'avais je préférais le rester. J'avais aucune envi de terminer sur une table de labo. Et même dans les journaux de la ville... J'imaginais déjà.. Un truc pas cool dans le genre " Les habitants de Wellington infectaient de partout par les météorites. " Avec une photo de moi en mode écailles sur le corps et une énormes queue de poisson. Très peu pour moi.

Il s'excusa lorsqu'il apprit pour la mort de mes parents. Je souris. Il n'avait pas à s'excuser il ne pouvait pas savoir. Remarque si. Il avait fallut lire le journal après le pluie de météorites. Mais c'était largement pardonnable. Il y avait eu un grand nombre de victimes. Si on devait tous les retenir on ne serait pas arrivé. Je souris lorsqu'il me donna un information sur lui. Il était livreur de pizza donc. Pas un métier très gratifiant. Mais il n'y avait pas de sous métier après tout.

- Ne t'excuse pas pour mes parents c'est du passé et tu pouvais pas savoir. Et donc tu es livreur de pizza ?

Histoire d'en savoir plus sur son métier et pourquoi il avait choisit ce job là. Et pourquoi il avait arrêté les études. Parce que je suppose qu'il ne faut pas avoir un bac plus je sais pas combien pour faire livreur de pizza. Mais je disais rien. Je possédais un licence en biologie animale et un bac normale pour le commerce. Après le métier de soigneur se gérait sur le terrain directement.

J'avais en suite posé une question pas sans intérêt. Je voulais savoir s'il était en couple. S'il me faisait la cour je voulais savoir si c'était derrière le dos d'une fille ou pas. Si c'était le je serais surement partie. Il me répondit que non. Il pouvait très bien me mentir après tout. Comment pouvais-je en être sur. Mais je décidais de le croire. Après tout pourquoi ne pas lui faire un peu confiance. Confiance dans le sens croire ce qu'il me dit et non me méfier sans cesse. Si je voulais vraiment le connaître... Il devait peser les pour et les contres. j'haussais la tête de haut en bas positivement. Un petit sourire malin au lèvres. Presque contente de la réponse. Débile ! Pourquoi je réagissais comme ça. Je n'en avais rien à faire vraiment.

Bien sur il me retourna la question. Moi j'hésitais à lui dire que j'étais en couple. Pour voir comment il réagirait. Mais je n'étais pas une menteuse. Ce n'était pas mon genre. Je ne voulais pas qu'il me pense menteuse. Je détestais mentir en plus. Je décidais de dire la vérité finalement. Cela ne me coûter pas grand chose. Et je verrais si Ethan appréciait le fait que soit célibataire.

- Célibataire...

_________________


Show Me Your Love


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 507
♠ multinicks : /.
♠ wellington suburbs : Store Lane


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Livreur de Pizzas.
♠ mood :: Faussement Heureux.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess Dim 17 Juil 2011 - 9:03

Pourquoi étais-je donc aussi avide de savoir si Tess était en couple ou non ? C’était assez impressionnant, et étrange de constater que je nourrissais une telle curiosité après si peu de temps. Normalement, je ne m’intéressais aux femmes que légèrement, histoire de passer un bon moment, mais pas au point de vouloir savoir de quoi était faite leur vie. Avec elle, cela semblait être différent. Je désirais savoir ses habitudes, ses manies, son statut, ses fréquentations, ses passions, ses loisirs… Tout ça. Bien évidemment, je désirais aussi découvrir son corps plus… intimement, mais ça, elle semblait déjà le savoir. D’ailleurs, elle semblait déjà me connaître. Trop bien, ou trop peu à mon goût. Tout ce qu’elle savait, on le lui avait raconté, car on parlait beaucoup de moi, à Wellington (je dois dire que j’en suis plutôt fier). Emporté par des sentiments qui m’étaient inconnus, j’avais envie qu’elle me découvre tel que j’étais vraiment, et qu’elle se forge sa propre opinion de moi, sans se reposer sur les critiques qu’elle pouvait entendre. Oui, je couchais avec beaucoup de femmes ; oui, je brisais beaucoup de cœurs. Et alors ? Ne se livraient-elles pas à moi consciemment ? Je ne forçais jamais personne, toutes celles qui finissaient dans mon lit (ou dans mon canapé, ma salle de bain, ma cuisine aussi… tout dépend du moment) l’avaient choisi. Je n’avais rien à me reprocher, si ce n’est que j’aurais du rechercher plus activement une femme qui me convienne… réellement. Pas que physiquement. Sans que je comprenne encore pourquoi, Teresa me surprenait, me faisait sourire, se jouait de moi, me rendait gêné, me faisait presque rougir, et intéressé. Oui, elle m’intéressait mille fois plus maintenant que au moment où je l’avais vue au travers de la vitrine de son magasin.

- Ne t'excuse pas pour mes parents c'est du passé et tu pouvais pas savoir. Et donc tu es livreur de pizza ?
- Oui, c’est… tout ce que je sais faire des mes dix doigts. Ou à peu près.


J’étais un peu gêné, car j’étais bien bas dans l’échelle sociale, et je ne l’avouais pas souvent. Mon travail était bien loin des ambitions de popularité et de gloire que je nourrissais. Mais soit, à ce détail près… Je la regardais prendre une gorgée de sa bière fraîche et fit de même avec mon cocktail. Il faisait chaud, et une boisson froide n’avait rien pour me déplaire. Je lui avais révélé qui j’étais, mon vrai métier, mon vrai statut, sans oser lui mentir, malgré la vie que je m’étais créée de toute pièce. C’était une des rares personnes qui ait ce privilège. Elle m’intriguait tellement… Je prenais mon mal en patience, plus que pressé de savoir ce qu’elle me répondrait. Il y avait plus de chances pour qu’elle soit en couple que non, car je ne pouvais imaginer une femme comme elle seule. Sauf à dire qu’elle ne veuille plus d’hommes… Bref, j’élaborais plein de théories stupides en attendant, jusqu’à ce qu’elle me souffle doucement cette réponse…

- Célibataire...

Sans que je n’y prenne garde, un grand sourire satisfait éclaira mon visage. J’étais plus qu’heureux qu’elle le soit. Cela voulait dire qu’il y avait encore une place à prendre dans son cœur, et que malgré le fait qu’elle ne m’aime pas vraiment, j’avais l’espoir de pouvoir y accéder. C’était pas commun, pas dans mes habitudes… Pourtant, je n’étais ni malade, ni drogué, ni soul, mais la tête me tournait, et mon cœur battait fort, comme si cette révélation le faisait tambouriner de plus belle dans ma poitrine.

- Oh, je vois…


Je lui répondis avec le même ton qu’elle avait employé quelques secondes auparavant. Un murmure satisfait. Mes mains tremblaient légèrement. J’étais pas dans mon état normal, non, c’est sûr. Ayant peur de passer pour un empoté (déjà que j’avais pas été terrible dans son magasin), je tentais de faire dériver le sujet sur autre chose. Un homme trop intéressé par une femme peut-être bien vite agaçant.

- Tu… tu… C’est quoi ta passion, dans la vie ? A part les… animaux ?

Pas doué pour un séducteur moi. Pathétique. Quelle était cette chose qui me nouait le ventre ? Du stress ? J’en savais trop rien, mais c’était fichtrement bizarre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

It's Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess

Revenir en haut Aller en bas

Oups je crois qu'il avait envi... # Ethan & Tess

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLLATERAL DAMAGE :: « wellington city » :: ◮ harvey avenue-
Sauter vers: