Accueil  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez|

Home Sweet Home. [Katharina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 122
♠ crédits : Baby Doll.
♠ wellington suburbs : High Street


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Unemployed
♠ mood :: it's good to be home again.
♠ address book ::

MessageSujet: Home Sweet Home. [Katharina] Mer 15 Juin 2011 - 14:05


    Le Texas, Wellington, ça y est j’y étais !
    Après un vol de plus de 5h à travers le pays, j’étais de retour dans ma ville natale, la ville ou j’avais grandit, ma ville. Non pas que je n’aime pas New York, la ville ou je me trouvais quelques heures auparavant, bien au contraire, New York m’apportait la fraicheur d’une mégapole de cette taille, la diversité, l’immensité. J’aimais me perdre dans les rues et me trouver minuscule à coté des buildings, mais Wellington dégageait une sensation de confort, de réconfort même. J’y avais grandit tout simplement. C’était mon terrain de chasse, mon terrain de jeu, j’y avais pour ainsi dire tout vécu, tout découvert.
    Je fus soulagé de pouvoir quitter enfin mon siège d’avion dès que ce fut autorisé. Ma voisine avait été particulièrement… gênant… pendant le voyage. Cette femme d’une 40aine d’années aux cheveux blonds peroxydés portait un parfum bon marché qui embaumait tout le compartiment. J’en avais mal à la tête tellement l’odeur était puissante. Mais ses tares ne s’arrêtaient pas là ! Elle avait passé la moitié du trajet à me faire du rentre dedans malgré mes vaines tentatives pour m’en dépêtrer. J’avais finalement fait mine de m’assoupir pour qu’elle arrêté de me parler, et elle en avait profité pour piquer un roupillon sur mon épaule !! Quelle plaie.
    A l’atterrissage je me dépêchai donc de rassembler mes affaires pour me sauver rapidement avant qu’elle ne puisse me suivre pour me parler à nouveau. Elle me salua bruyamment quand je m’éloignai et je lui répondis avec un léger signe de la main avant de foncer tête baissé dans la foule.
    Moi qui aurais bien eu besoin d’un bol d’air frais, je n’étais pas gâté. Comment avais-je pu oublier la chaleur qui régnait au Texas à cette saison ? Dans cette touffeur du hall de l'aéroport je me frayai un chemin vers les tourniquets à bagages en évitant d’enter en contacts avec des vêtements humides ou des peaux moite d’autres passagers. J’avais hâte de quitter cet endroit qui grouillait de monde, je devenais presque agoraphobe.
    Après avoir attendu une dizaine de minutes, je pu récupérer ma valise et je m’éloignai de la foule agglutinée qui patientait. C’est alors que j’aperçu la femme de l’avion a quelques mètres de moi ! Dans un mouvement quasi réflexe, je pivotai sur mes talons et fit demi-tour. Manque de chance faire ce genre de manœuvre dans une foule marchant dans le même sens, provoque des accidents. A peine avais-je tourné les talons que je heurtai de plein fouet dans une chose extrêmement dure, un caddie à bagages a en croire le son que le choc avait provoqué. Ma jambe céda sous le choc, mais je parvint à me rattraper de justesse et à ne pas tomber. Je me retrouvai alors nez à nez avec la charmante jeune femme qui poussait le fameux caddie. Elle avait l’air paniquée, croyant m’avoir fait du mal, et commença à s’excuser. J’allais lui répondre que tout allait bien lorsque je vis la femme de l’avion (encore elle !) foncer vers nous. Avec le bruit, elle n’avait pas échappé à l’incident et venait certainement voir que tout allait bien.
    Me vint alors une idée. En quelques secondes avant que la femme ne soit arrivée à notre niveau, je glissai discrètement ces quelques mots à la jeune femme à mes cotés.

    « S’il vous plaît faites croire que vous êtes ma petite-amie vous me sauveriez la vie ! »

    Je n’eus pas le temps d’en dire plus car la femme avait débarqué et m’agrippait déjà le bras en me demandant si je n'avais rien de cassé, comme si nous avions été de vieux amis. Je jetai un regard important à ma jeune voisine.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

KATE AMBRE LAURENS ◊ Girl, you're amazing, just the way you are.

♠ courrier posté : 2243
♠ multinicks : WM . CW
♠ crédits : © ANNE+NANA avatar ; LJ blend
♠ wellington suburbs : ■ clinton avenue


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: ■ interne en chirurgie
♠ mood :: ■ fatiguée
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Home Sweet Home. [Katharina] Sam 18 Juin 2011 - 9:28

Après trois heures interminables passées dans un siège inconfortable en provenance de l’Oklahoma, j’arrivais enfin à destination. Je m’étirais, tous membres engourdis. Je n’aime pas particulièrement l’avion dans la mesure où l’on ne voit rien, si ce n’est une ligne de nuages à travers un hublot minuscule. Je préfère le train ou la marche à pied, oui la marche à pied ! Durant ma période globetrotteuse, je me suis enfilé un nombre incalculable de kilomètres si bien que je suis immunisée contre les trajets routiniers… en l’occurrence, il s’agissait aujourd’hui d’acheminer un cœur en provenance de Wellington pour la Floride. Un vol qui n’est pas long en perspective mais lorsqu’il s’agit de passer plusieurs heures en hélicoptère, de déposer une mallette et de repartir en taxi à l’aéroport pour faire le même trajet, c’est une autre affaire. Si je n’étais pas médecin, je ne me serais pas abstenue de penser : rien que pour ça ? Mais je suis médecin, du moins interne en chirurgie, je sais donc que le cœur est, avec le cerveau, l’organe le plus important du corps humain. Bien que je penche plutôt du cerveau, bref, nous ne sommes pas là pour lancer un débat. Sortie de l’avion, je ne pouvais que constater que l’on me dévisageait, forcément, une passagère en tenue d’hôpital ne passe pas inaperçu, au moins, les gens ne m’embêtaient pas. A croire qu’ils pensent que lorsqu’on fait partie du corps médical, nous sommes plus fragiles que la normal, qu’il faut nous préserver… il est fou de constater à quel point la réaction d’autrui change face à la tenue de travail que nous portons, que nous soyons un simple ouvrier ou un médecin. Interne en chirurgie apportait donc autant d’inconvénients que de bonus. Ayant néanmoins attendu longtemps mon vol, j’en avais profité pour acheter deux trois bricoles, des sortes de cadeaux souvenirs pour Isobel, je décidais, à l’arrivée de prendre un chariot, histoire de m’aider à rejoindre un taxi en évitant de faire tomber toutes mes bagages. J’aurais tout aussi bien put les mettre dans mon sac mais l’emprunt d’un caddie était gratuit alors… maladroite, tête en l’air, levée, fredonnant un air entendu dans l’avion, je rentrais dans les tibias d’un type qui se rattrapa juste à temps pour ne pas tomber (et tant mieux, je n’aurais pas été assez rapide pour l’en empêcher). Le bruit monstre avait attiré le regard autour de nous dans un périmètre d’un ou deux mètres. Immédiatement, je me penchais vers l’homme heurté et m’enquis de son état d’un regard interrogateur, m’apprêtant à m’approcher de plus près. « S’il vous plaît faites croire que vous êtes ma petite-amie vous me sauveriez la vie ! » Il me fallut quelques secondes avant de réaliser ses mots, quelques secondes avant de le dévisager ahurie et de remarquer l’expression qui s’émanait de lui alors qu’une femme d’une quarantaine d’années aux cheveux peroxydés l’agrippait par le bras, lui demandant comment il allait. Je décidais de jouer le jeu, d’une part parce que je n’avais rien d’autre à faire, de l’autre parce que je m’en voulais de l’avoir heurté dans les tibias et de l’autre parce que je connaissais tout à fait ce genre de situations. L’homme paraissait être dans ma tranche d’âge, il s’agirait donc d’un soutient entre générations ? Je fronçais donc faussement et rapidement les sourcils. « Excuse-moi, Taylor mais… tu me présentes ? » Dis-je en jouant la comédie (assez mal mais le principal étant de jouer le jeu), regardant alternativement la femme et le jeune homme avec un air interrogateur mais aussi réprobateur. Je m’avançais vers le « le couple ». « Katharina Laurens, sa fiancée. » Quoi, j’ai toujours voulu être fiancée. Son regard se porta alternativement sur ma main nue et ma tenue. « Ah oui et je suis médecin aussi, je ne la porte pas pendant mes heures de travail. » Dis-je en agitant la main, trouvant ridicule qu’elle s’attarde à ce genre de détails. « Sa mère… mais oui bien sûr ! Tu devais me la présenter… » Ajoutais-je d’un air enthousiaste. « Ben dis donc vous faites pas vos cinquante ans… »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 122
♠ crédits : Baby Doll.
♠ wellington suburbs : High Street


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Unemployed
♠ mood :: it's good to be home again.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Home Sweet Home. [Katharina] Dim 19 Juin 2011 - 6:15

    N'ayant pas eu le temps d'en ajouter plus en explications, Luke se demandait comment allait réagir la jeune femme. Était-elle du genre joueuse et sympa auquel cas elle allait l'aider, ou était elle timide ou antisocial et dans ce cas elle allait le planter là... même peut être lui retourner une baffe, ou un commentaire cinglant avant de s’éloigner indignée par l'audace de Luke. Bref, il n'avait plus qu'à prier pour qu'elle appartienne à la première catégorie. Il était quasiment prêt à s’enfuir en courant en abandonnant tout le monde sur place, lorsque la jeune femme lança un « Excuse-moi, Taylor mais… tu me présentes ? » avec conviction. Luke était si surpris qu'il mit quelques secondes avant de réaliser que le Taylor en question, c'était lui! Il s’apprêtait à bredouiller quelques mots maladroits lorsqu'elle enchaina: « Katharina Laurens, sa fiancée. » . Luke commença à se détendre, elle avait l'air sur d'elle! Elle ne s’arrêta pas la lorsque la femme scruta sa tenue et sa main elle lui lança « Ah oui et je suis médecin aussi, je ne la porte pas pendant mes heures de travail. ». Luke fit un sourire entendu à la quadragénaire pour approuver les propos de sa "fiancée". Sa dernière remarque avait seulement faire remarquer au garçon la tenue d’hôpital que sa compère portait; une médecin, elle devait être brillante pour avoir obtenu son diplôme si jeune. Elle se débrouillait très bien, d'ailleurs elle faisait tout le boulot pour lui!
    La blonde les regardait d'un mauvais œil. Luke et Katharina se tenaient à 50 centimètres l'un de l'autre. Remarquant le regard insistant de l’indésirable, Luke se rapprocha de Katharina et passa son bras dans son dos pour venir poser sa main sur la taille de la jolie brune. Elle leva les yeux vers lui, leurs regards se croisèrent et il lui sourit.
    A ce moment la blonde se racla la gorge et entama une phrase sur un ton aigre « En réalité mademoiselle je suis... » mais elle ne put pas finir car Katharina la stoppa net : « Sa mère… mais oui bien sûr ! Tu devais me la présenter… Ben dis donc vous faites pas vos cinquante ans… ». Sous la surprise de ces mots, Luke eu un hoquet qu'il transforma en toussotement mais se retint d’éclater de rire. Le visage de son interlocutrice vira au violacé tandis que sa bouche se tordait en un hideux rictus.
    « Je ne sais pas pour qui vous vous prenez pour me parler comme ça, mais je ne vous permet pas, je ne suis pas ça mère et je n'ai pas 50 ans!!! » ses mots étaient remplis de colère, sa voix tremblait sous l'emprise de celle ci, et elle lâchait de violent postillons. Luke se racla la gorge et recula discrètement d'un demi-pas pour ne pas être le le lieu de retombée des missiles aériens.
    Les joues tremblantes de rage, et d'une couleur rouge pivoine, la femme tourna les talons, et s'éloigna d'un air aussi décidé que le permettaient ses talons de 10cm.
    Luke et Katharina restèrent figés un moment, et dès qu'elle fut à une dizaine de mètre d'eux, Luke explosa d'un rire sonore. Entre deux éclats de rire il dit « Alors là, bravo et merci !! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

KATE AMBRE LAURENS ◊ Girl, you're amazing, just the way you are.

♠ courrier posté : 2243
♠ multinicks : WM . CW
♠ crédits : © ANNE+NANA avatar ; LJ blend
♠ wellington suburbs : ■ clinton avenue


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: ■ interne en chirurgie
♠ mood :: ■ fatiguée
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Home Sweet Home. [Katharina] Sam 25 Juin 2011 - 3:16

Je sentis le bras du type passer derrière mon dos et poser sa main sur ma taille comme pour nous donner un peu plus de crédibilité. Nous nous tenions à une cinquantaine de centimètres l'un de l'autre, nous étions parfaits dans nos rôles à nous sourire finalement comme deux idiots pour échapper à la compagnie d'une autre. Celle-ci, à ma remarque sur sa possible identité eut la réaction à laquelle je m'attendais, ses lèvres plissées, tordues accompagnées d'un violet profond illustrait parfaitement l'ahurissement et la gêne que pouvait ressentir celle-ci. « Je ne sais pas pour qui vous vous prenez pour me parler comme ça, mais je ne vous permet pas, je ne suis pas ça mère et je n'ai pas 50 ans!!! » D'une voix calme, posée et faussement honteuse, je m'excusais. « Oh pardon, c'est qu'il y a vraiment un air de famille entre vous deux ! » Dis-je en haussant la voix à mesure qu'elle tournait les talons. Il y eut soudainement un silence rompu par le rire de l'homme qui visiblement n'en revenait pas. Un rire sonore, franc comme je les aimais, digne d'une grande sincérité. « Alors là, bravo et merci !! » Je me décalais très légèrement de son bras. « Et bah... de rien. » Répondis-je, aussi amusée que lui. A vrai dire, je n'en revenais pas, ce genre de scènes était très peu probable dans la réalité. Je mourrais d'envie de le raconter à ma meilleure amie Faith dès que possible. « Je suppose qu'elle n'était ni votre compagne ni votre mètre... » Lançais-je aussi hilare entre deux éclats, essuyant d'un revers de main mes yeux qui sous ce soudain éclat de rire avaient commencés à s'humidifier. Les situations les plus improbables sont finalement toujours celles qui nous tombent dessus. J'avais le don pour les attirer et encore plus, les vivre. Ce fut bon de rire pour pas grand chose au final, ce qui me permit de me détendre et de soulager mes membres, ma mâchoire endolorie par le siège confortable de l'avion. Ne rien faire pendant plusieurs heures était épuisant mais rapidement, je retrouvais de mon énergie pour observer le jeune homme rapidement d'un bref regard. « Je la comprends... vous n'êtes pas mal dans votre genre. » Je fis mine d'être sérieuse et pouffais. Ceci était réellement une plaisanterie car bien qu'il était vraiment mignon dans son genre, je ne m'y intéressais pas dans la mesure ou je n'étais attirée que par les femmes.

Je me demandais d’où il venait, curieuse et ayant surtout du temps devant moi car je pouvais dès à présent rentrer me reposer, sachant que ma petite-amie dansait actuellement. La perspective d’une maison vide ne m’attirant pas particulièrement, je décidais de prendre un café hors de prix dans l’aéroport et pourquoi pas d’en profiter pour en savoir plus sur le jeune homme. « Ça vous dirait de prendre un café ? » Demandais-je de ma voix de velours, incitant plus à répondre oui qu’à la réflexion elle-même. Je ne risquais rien à essayer et comptais de toute manière en prendre un alors… autant le faire accompagnée.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 122
♠ crédits : Baby Doll.
♠ wellington suburbs : High Street


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Unemployed
♠ mood :: it's good to be home again.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Home Sweet Home. [Katharina] Sam 9 Juil 2011 - 4:00

Luke était toujours hilare lorsque la jeune femme s’écarta de lui et lui dit « Et bah... de rien. ». Luke réalisa alors que sa conduite était un peu inappropriée. La jolie brune avait vraiment du se demander ce qui lui tombait dessus !

« Pardon » dit il en s’écartant et en levant ses mains devant lui, comme pour s’excuser d’avoir du la serrer comme ça alors qu’ils ne se connaissaient pas. Ce contact pouvait être dérangeant pour des inconnus. Mais la jeune femme avait un sourire amusé sur les lèvres et elle avait bien rit avec lui avant, elle n’avait pas l’air effarouchée du comportement de Luke.

« Je suppose qu'elle n'était ni votre compagne ni votre mère... » lui demanda-elle en s’essuyant les yeux humides par leurs rires. Luke leva les yeux au ciel et lanca dans un soupire : « Dieu merci, NON ! » tout en faisant un grand sourire des plus sincère. Elle lui fit alors un joli compliment « Je la comprends... vous n'êtes pas mal dans votre genre. », Luke se tortilla, jouant les timides, et répondit « Arrête tu vas me faire rougir… mais merci ! », ils pouffèrent alors tous les deux a leurs répliques.

A sa plus grande surprise, elle lui proposa d’aller prendre un café. Luke n’était pas contre. Il allait en avoir besoin pour affronter son retour morose dans sa ville.

« Avec plaisir … Katharina… si c’est ton vrai prénom ? Je suis Luke au fait ! » dit il en lui tendant la main avec entrain.

Luke posa sa valise par dessus les affaires de Katharina sur son caddie et se chargea de pousser le tout. Ainsi la jeune femme n’avait pas à galérer avec ses affaires dans cette foule. Ils se dirigèrent côte à côte vers le vendeur de café à emporter de la galerie de l’aéroport. Ils passèrent commande, Luke en bon gentleman régla le tout et ils s’installèrent à l’une des quelques microscopiques tables prévues pour prendre des café rapides.

« Alors tu es vraiment médecin ce n’est pas qu’un déguisement pour impressionner les gens ?! » commença il en rigolant

« Qu’est ce qui t’amène a faire de tels déplacements ? … tu m’autorise à tu tutoyer au fait ?? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

KATE AMBRE LAURENS ◊ Girl, you're amazing, just the way you are.

♠ courrier posté : 2243
♠ multinicks : WM . CW
♠ crédits : © ANNE+NANA avatar ; LJ blend
♠ wellington suburbs : ■ clinton avenue


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: ■ interne en chirurgie
♠ mood :: ■ fatiguée
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Home Sweet Home. [Katharina] Lun 11 Juil 2011 - 9:40

« Dieu merci, NON ! » Me répondit-il, sincère avant d’ajouter que j’allais le faire rougir. Je l’appréciais déjà, il ne se prenait pas au sérieux et mieux encore, savait faire preuve d’autodérision. Il remontait l’estime que j’avais des hommes et ce n’est pas peu dire. « En fait c’est Docteur Lauren mais, tu peux m’appeler Kate. » Dis-je, la tête en l’air, d’un air réfléchi. « Mais Kate, ça suffira. » Murmurais-je presque avant de lui serrer la main, une main très douce et franche, au passage. En parfait gentleman, il posa mon petit sac sur ses affaires dans le but de pousser le caddie. Un point en plus pour les hommes donc. Je risquerai bien de finir hétérosexuelle à ce rythme. Nous nous assîmes en face à face sur une table microscopique qui, en d’autres lieux pourrait être plutôt intimiste avec nos cafés que Luke avait gentiment proposé de payer. Je le remerciais avant de le boire, un café crème avec du sucre. « Alors tu es vraiment médecin ce n’est pas qu’un déguisement pour impressionner les gens ?! Qu’est ce qui t’amène à faire de tels déplacements ? … tu m’autorise à tu tutoyer au fait ?? » « Bien sûr ! » Répondis-je, le plus sincèrement du monde. « Je suis dans le trafic d’organes. » Ajoutais-je, le plus sérieusement du monde en croisant son regard, impassible. Je buvais quelques gorgées, faisant mine de regarder à droite et à gauche puis m’esclaffais. « Ça doit gagner pas mal en fait mais, non, je suis vraiment médecin. Je suis en internat de chirurgie. Je devais transporter un organe, j’ai fini donc, je rentre chez moi. » Je soupirais, plus exténuée qu’agacée par ses questions. Ça me faisait plaisir de m’accorder une pause et de discuter avec un parfait inconnu qui s’avère aussi inconnu qu’adorable. Tout cela était trop beau pour être vrai, pour relever ma théorie sur les hommes. Il devait probablement être gay, homosexuel, tout ce qui a plus de gay. Comme d’habitude, je décidais de mettre les pieds dans les plats au risque d’entrer sur un terrain inconnu et d’entamer peut-être un sujet tabou. Il ne risquerait pas de m’en coller une, nous étions dans un lieu public. « Etes-vous homosexuel ? » Demandais-je le plus naturellement du monde avec la plus franche et la plus étrange des curiosités. Je m’expliquais tout de même en moulin à paroles que j’étais. « En fait, j’élabore une thèse selon laquelle les hommes hétérosexuels se comportent plus grossièrement que nos homologues homosexuels. » Je sirotais mon café, ayant tout de même une certaine appréhension. Je croisais les doigts pour ne pas être tombé sur un homophobe ou un quelconque tordu. C’était comme un besoin répressif, je devais savoir la sexualité de cet homme (qui pouvait cela dit, me mentir). Je n’avais eu à faire qu’à des pervers ou des dérangés hétérosexuels alors…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 122
♠ crédits : Baby Doll.
♠ wellington suburbs : High Street


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Unemployed
♠ mood :: it's good to be home again.
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Home Sweet Home. [Katharina] Mer 13 Juil 2011 - 7:38

Après qu’il se soit présenté et lui ai posé quelques questions, la jeune femme lui répondit « En fait c’est Docteur Lauren mais, tu peux m’appeler Kate. » Ce surnom paraissait logique pour une fille nommée Katharina. D’ailleurs son prénom allait parfaitement avec son physique. Toutes les Kate, Katherine, Katharina ou autres que Luke avait connu dans sa vie était des femmes brunes et fines comme la jeune femme qui se tenait a ses côté en ce moment. Cette constatation était plutôt rigolote.
Puis elle l’autorisa à la tutoyer, avant de lui dire avec tout le sérieux du monde : « Je suis dans le trafic d’organes. » lorsqu’il lui demanda si elle était réellement médecin. Luke se figea instantanément, n’avalant même pas la gorgée de café qu’il avait dans la bouche et ses yeux roulèrent vers elle pour la fixer intensément quelques secondes. Kate faisait mine de rien, regardait calmement autour d’elle. Peut être que c’était une psychopathe après tout, il n’en savait rien ! Peut être qu’elle allait l’acculer dans les toilettes de l’aéroport et lui voler un rein ! Avant qu’il n’ait eu le temps de se poser trop de questions elle éclata de rire et lui avec. « Ça doit gagner pas mal en fait mais, non, je suis vraiment médecin. Je suis en internat de chirurgie. Je devais transporter un organe, j’ai fini donc, je rentre chez moi. » Luke soupira et dit en riant « Ouf, tu m’as fais peur l’espace d’un instant !... Ca doit être intense comme boulot, grosse pression sur tes épaules ! ».
La jeune femme soupira alors comme pour répondre à sa phrase précédente. Elle avait l’air exténuée par ses voyages.
Luke voyait bien qu’elle le regardait avec curiosité mais il ne savait pas vraiment ce qu’elle avait en tête. Elle le fixa, sembla hésiter, ils se sourirent, et elle fini pas se lancer le plus naturellement du monde : « Etes-vous homosexuel ? ». Sous la surprise Luke failli cracher le café qu’il avait dans la bouche, et il mit sa main devant pour éviter les dégâts. Il dégluti puis toussa quelques petites fois et la regarda avec des yeux exorbités. Pas perturbée pour un sous, elle poursuivi sur sa lancée : « En fait, j’élabore une thèse selon laquelle les hommes hétérosexuels se comportent plus grossièrement que nos homologues homosexuels. » Luke la regardait niaisement, la bouche a demi ouverte et les sourcils froncés. Cette fille était vraiment trop cinglée ! Mais c’était plutôt rigolo. Il reprit ses esprits et bredouilla :

« Heuu… non absolument pas... je suis trop courtois pour être hétéro, c’est ça ta théorie ? » demanda-il ébahi.

Pour avoir cet avis là sur les hommes hétéro, elle avait vraiment du rencontrer des types pourris, et ne pas avoir de chance ! Luke se sentait quand même un peu démasculinisé par sa question. Non pas qu’il soit homophobe, mais il se demanda soudain si son look ne faisait pas « too much » ou ses manière trop feminines. A cet instant il ne se sentait plus trop viril et séducteur contrairement à son habitude. Voulant la prendre a son propre jeu il lui demanda : « et toi ? » mais le malheureux ne savait pas dans quoi il s’engageait !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

KATE AMBRE LAURENS ◊ Girl, you're amazing, just the way you are.

♠ courrier posté : 2243
♠ multinicks : WM . CW
♠ crédits : © ANNE+NANA avatar ; LJ blend
♠ wellington suburbs : ■ clinton avenue


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: ■ interne en chirurgie
♠ mood :: ■ fatiguée
♠ address book ::

MessageSujet: Re: Home Sweet Home. [Katharina] Mer 13 Juil 2011 - 22:56

« Ouf, tu m’as fait peur l’espace d’un instant !... Ça doit être intense comme boulot, grosse pression sur tes épaules ! » « C’est sûr mais rien n’est comparable à ce métier… il ne faut pas compter les heures, ça c’est sûr… et puis, c’est assez difficile à faire coïncider avec une vie de famille. » Dis-je, pour être honnête, évitant tous les discours inutiles à la Grey’s Anatomy avec l’éternel « tenir un cœur entre ses mains c’est… blabla blablabla, le métier le plus blablabla ». Le jeune manqua de s’étouffer avec son café, toussotant. Ma main s’avança directement vers lui, prête à faire quelque chose, par réflexe, sans doute. Mais il réussit à se remettre, fort heureusement pour moi. Me répondant avec naturel non sans ébahissement, je manquais de rire mais esquissais un large sourire, démasquée. « C’est exactement ça ! Je suis désolé si… si ma question semble déplacée mais, oui, je me disais qu’il se cachait quelque chose derrière toute cette courtoisie. » Le jeune homme était vraiment d’agréable compagnie et je ne regrettais pas une seule seconde de partager un café avec un si bel inconnu. Peut-être un penchant bisexuel qui sait ? D’accord, je pouvais me tromper, cela dit, il paraissait si fin dans ses mouvements parfois… j’arrêtais de chercher la faille et acquiesçais, m’excusant dans un rire que j’étouffais, buvant quelques gorgées de café. Et puis, il me posa la question fatidique comme on aurait lancé un « ça va et toi ? ». Je le dévisageais quelques instants avant de répondre en toute franchise et puisque c’était la vérité : « Oui. » Mon sourire se fendillait toujours sur mon visage, je poursuivais. « En fait, j’ai une petite-amie. Isobel. » Affirmais-je, l’air rêveuse. Le nom de celle-ci était si doux et si beau à prononcer… nul ne pouvait nier mes sentiments pour celle-ci. Il s’en fichait probablement mais moi, je ne pouvais m’empêcher de la vanter. « Elle n’est pas médecin. C’est une danseuse professionnelle. Un jour tu verras peut-être son visage en premier plan dans les médias. » Murmurais-je, amusée. Je ne me prenais pas non plus au sérieux, il s’agissait plutôt d’un fantasme que j’espérais afin de symboliser la gloire et l’attention qu’elle mérite pour la rigueur de son travail. Malheureusement, très peu de danseuses finissent en tête d’affiche. Elle pouvait au moins se vanter de la renommée de sa compagnie. Je me demandais s’il y avait plus d’opportunités en modern qu’en classique. Tout comme j’avais été danseuse classique, il était amusant de constater que nous étions toutes deux des danseuses dans l’âme. Comme quoi, on n’échappe pas à sa condition. Je regardais rapidement l’heure sur l’énorme cadran de l’aéroport. Celle-ci était encore en répétitions, j’avais donc un peu de temps devant moi, de quoi discuter avec le jeune homme, rentrer tranquillement et prendre un bon bain, comme il se doit après une longue et pénible journée passée dans les transports, quels qu’ils soient : avion, hélicoptère, taxis… « Désolé si je te déçois. » Laissais-je entendre entre deux gorgées, amusée par la situation du tout au tout. « Et… tu as une petite-amie, toi ? D’ailleurs, tu habites ici ? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

It's Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Home Sweet Home. [Katharina]

Revenir en haut Aller en bas

Home Sweet Home. [Katharina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLLATERAL DAMAGE :: « near of wellington » :: ◮ wellington international airport-
Sauter vers: