Accueil  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez|

HARLEY&CHARLIE ♦ A little faster

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 830
♠ multinicks : nope
♠ crédits : lollipops
♠ wellington suburbs : Store Lane, Wellington


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Architecte
♠ mood :: dangerous
♠ address book ::

MessageSujet: HARLEY&CHARLIE ♦ A little faster Mar 14 Juin 2011 - 23:30


Attablée à une petite terrasse du quartier des artistes, Charlie posait un regard vide sur son café. Le liquide noirâtre tourbillonnait alors qu'elle agitait sa petite cuillère sans s'en rendre compte. Les rues étaient calmes, il était encore tôt et la belle ne s'était pas encore couchée. La nuit avait été assez agitée. Elle appuya sa joue dans sa main en léchant sa cuillère à café. Un fort arôme de grains torréfiés emplissais l'air de cette ruelle écartée. Cet endroit était très tranquille, seuls les connaisseurs savaient où trouver ce petit bar à la déco vintage. La jeune femme venait toujours ici lorsque tout semblait lui échapper. Un peu comme c'ets dernière 12 heures. Elle caressa par habitude le petit tatouage caché au creux de sa nuque, derrière son oreille. Elle but une gorgée de son mug et ferma les yeux de plaisir. Elle ignorait totalement ce que serait l'avenir mais ce breuvage faisait des miracles sur son mental. Un oiseau se mit à pépier dans les buissons et elle se concentra sur son duvet ébouriffé par le vent qui s'engouffrait dans la ruelle en rasant le sol. Elle sourit mais un bruit brusque la fit sursauter et le petit moineau partit en fumée. Charlie arrêta de respirer, anéantie par ce qui venait de se produire sous ses yeux. Encore une fois, elle n'avait pas su retenir son pouvoir. Elle avait sentit le picotement dans sa nuque bien trop tard pour tenté une méthode de relaxation. Une larme coula le long de sa joue. Jamais elle n'avait autant regretté un instant d’inattention. Pauvre petite bête...

La jolie brune tenta de se reprendre et avala une longue gorgée de café froid. Serrant les poings elle tenta de contrôler son pouvoir encore en alerte. Un simple bruit brusque dans une maison provoquait un réel cataclysme en elle. L'énergie montait déjà et elle se concentra pour la relâcher petit à petit entre ses doigts serrés. Après une dizaine de minutes, elle entrouvrit sa main et contempla la brûlure de sa paume. Elle préférait encore se blesser que de libérer son pouvoir sur un autre oiseau malheureux. Cette nuit, elle avait faillit tuer un homme, mais cela elle s'en fichait bien. Les innocents n'avaient pas à prendre mais ce type méritait de mourir... Depuis qu'elle avait rejoins les cavaliers noirs, ce mec ne cessait de la pousser dans ses retranchements, il se moquait de son passé, de sa mélancolie et de sa faiblesse de femme. Quand il avait dit qu'elle n'était bonne qu'à baiser, elle avait craqué et il avait bien failli mourir dans une explosion impressionnante. Seulement, il pouvait absorber l'énergie et la libérer à volonté. Il engloutit la force de la combustion et la libéra sur un des rats miteux de la cave où les cavaliers s'entrainaient. Fermant le yeux, Charlie termina sa tasse et picora un peu dans son muffin sans grande conviction.

Elle étendit ses longues jambes sous la table, tirant sur ses muscles douloureux et passa ses doigts fins sur son visage, repoussant quelques boucles brunes rebelles. Elle ne savait pas quoi faire de sa journée même si elle savait de quoi elle avait besoin. Elle voulait Aedan pour la faire rire, ou Leighton pour manger un énorme bac de glace au chocolat... Elle ferma les yeux et imagina l'étreinte de Harley. Voilà de quoi elle avait besoin, de son journaliste au regard intense. Elle voulait qu'il lui fasse oublier qu'elle était différente, elle voulait pouvoir se comporter comme une gamine sans penser aux conséquences, ... Mais à une heure pareille, il devait dormir, ou être sur un sujet croustillant qui le ramènerait encore à sa porte plein de coups...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 43
♠ crédits : axelle, badnumbers@tumblr


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work ::
♠ mood ::
♠ address book ::

MessageSujet: Re: HARLEY&CHARLIE ♦ A little faster Mer 15 Juin 2011 - 7:05



Le papier se froissa entre ses doigts et il jeta la boulette au sol, contemplant avec désolation les dizaines d’autres qui jonchaient déjà son parquet. Harley avait prit l’habitude d’écrire sur une vieille machine qu’il avait trouvée dans un marché aux puces parce qu’il préférait la sensation du papier sous ses doigts plutôt que l’image froide d’un écran d’ordinateur. D’habitude ses pensées se jetaient sur le clavier sans hésitation mais cette fois l’inspiration lui résistait. Ses enquêtes ne le menaient nulle part depuis quelques jours et il avait la désagréable sensation de tourner en rond. Ce qu’il écrivait était insipide, un travail de sagouin juste bon pour les magazines féminins, même si le principal était qu’il parvenait à vendre ses articles et payer ses factures. Cela lui laissait néanmoins un arrière goût amer et il se retrouvait coincé dans la même spirale, étudier des pistes froides et sans intérêt plutôt que de trouver l’énergie de fouiller plus loin. Soupirant il s’étira, puis posa ses paumes sur son crâne et fixa intensément la machine responsable de son malheur. Puis il plissa le nez, dérangé parce qu’il reconnut comme étant l’odeur de ses propres aisselles. Il avait passé les deux derniers jours à bosser sans relâche, négligeant nourriture et douche et le laisser aller se faisait nettement sentir. Il était temps d’agir. Il se leva et éprouva une drôle de sensation en réveillant des muscles oubliés ces dernières heures et sauta sous la douche.

Une fois propre son estomac se rappela à son esprit et il agrippa son trousseau de clé avant de sortir de son appartement. Ses placards étaient vides, il ne faisait jamais les courses, s’il voulait survivre une journée de plus il avait besoin de mettre le nez dehors pour se ravitailler. Mais ce n’était pas la seule chose qui le poussait à s’aérer un peu, il espérait vraiment que le blocage dont il souffrait s’envolerait comme par magie dés qu’il aurait un peu profité du soleil. Il y avait bien un gus qui avait pondu tout un paragraphe sur une madeleine non ? Alors comment la rue pouvait-elle lui tourner le dos ? Il suffisait d’observer les gens pour apprendre à les connaître.

Prenez cette sulfureuse brune à la terrasse de son café préféré. C’était dans ce même endroit qu’il l’avait rencontrée. Renverser sa tasse sur son entrejambe semblait avoir un pouvoir attractif qu’il n’avait jamais soupçonné avant. Elle avait rit de sa maladresse. Puis elle s’était confondue en excuses en compatissant à sa douleur face à la brûlure et sans qu’il ne sache trop comment la conversation s’était engagée. Elle avait rit à quelques unes de ses blagues et il s’était sentit invincible et quand ils s’étaient quittés il s’était sentit prit d’une pincée de regrets. Pour une fois son culot légendaire lui avait fait défaut. Il avait pensé à elle la nuit même, puis les jours suivants, jusqu’à ce que son image s’efface de sa mémoire. Puis leur route s’était de nouveau croisée et ils n’avaient plus jamais cessé de se voir. Ce qu’elle trouvait d’attirant chez lui il ne l’avait jamais su, mais il n’avait pas non plus voulu creuser la question. Il profitait simplement de ce qui lui était donné au présent. Il savait, à la façon qu’elle avait de l’agripper et de presser ses lèvres contre les siennes qu’il était pour elle un moyen d’oublier. Quoi il ne le savait toujours pas, ils ne parlaient pas réellement de leur vie privée. Il savait comment elle buvait son café et comment elle aimait qu’il la caresse et ça s’arrêtait là.

« Tu fais une de ces têtes. Quelqu’un est mort ? » Lâcha-t-il tout à trac en se laissant tomber sur la chaise en face d’elle. Dans le même mouvement il saisit sa tasse de café et la porta à ses lèvres et cracha aussitôt la gorgée qu’il venait d’avaler. Grimaçant il reprit. « Froid. Comment tu peux boire ça ? » Il fit signe au serveur de lui apporter la même chose que d’habitude puis se mettant à l’aise il retira sa veste.

« Ils font du poulet rôti ? Ca sent super bon j’ai la dalle. »
Au serveur qui lui apportait une tasse fumante. « Vous avez du poulet ? »
« Nan. »
« Gaufres ? »
« Oui. »
« Alors deux piles, avec du sirop. »
Puis son regard, d’un bleu à décrocher le ciel, se fixa de nouveau sur Charlie. « Dis tout à papa Harley. Tu as encore cassé un de tes ongles ? » La taquina-t-il. Il la connaissait bien, Charlie était une bombe mais elle n’était pas une pouffe. Elle était même l’une des rares personnes qu’il n’arrivait pas à cerner.

« Ne me mens pas tu sais que je lis dans les pensées. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 830
♠ multinicks : nope
♠ crédits : lollipops
♠ wellington suburbs : Store Lane, Wellington


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work :: Architecte
♠ mood :: dangerous
♠ address book ::

MessageSujet: Re: HARLEY&CHARLIE ♦ A little faster Jeu 16 Juin 2011 - 7:47

Quand on parle du loup... Il arrive à la rencontre du lynx. La jeune femme était complètement plongée dans ses pensées. Pourquoi ne parvenait-elle pas à se sortir ce petit chroniqueur de la tête. Sans doute parce qu'elle était complètement sous le charme. De ses dons au lit bien sûr. Ahah Très drôle ! Non, c'était plutôt quelque chose en lui, le fait que justement, lui-même ne croyais pas pouvoir lui en mettre plein la vue. Pourtant, la première fois qu'elle l'avait vu, son cœur avait manqué un battement. C'était d'abord son regard océan qui lui avait plu. Et puis, il faut le savoir mais une Charlie maladroite est une Charlie sous le choc. Pour une fille plutôt sûre d'elle et très habile, ce jour-là elle avait fait fort. N'empêche que sans ce café renversé avec élégance, elle n’aurait jamais rencontré ce culotté personnage et son humour décalé qui lui remontait toujours le moral. D'ailleurs, il y avait peut-être réellement un destin, rien en les prédestinait à se revoir et pourtant, quelques semaines plus tard, ils s'étaient retrouvés. Elle avec sa silhouette gracieuse, lui avec sa tendresse insoupçonnée. C'était dan ses bras qu'elle se sentait le plus heureuse, il était l'un des premiers à lui faire oublier Scott, un des premiers qui justement ne lui laissait pas un goût amer. Avec les autres types, ceux qu'Aedan choisissait au hasard, elle se disait toujours qu'elle était étrangère dans leurs étreintes malhabiles. Seulement avec Harley, elle ne pensais pas du tout à son mari.

Il fit irruption à sa table et elle lui lança un regard perçant en répliquant. Peut-être toi dans un avenir proche... Où t'étais passé ? Deux semaines sans te voir débarquer chez moi, c'est pas habituel Elle en se disant qu'à chaque fois qu'il débarquait, ils se sautaient dessus. En réalité, elle ne savait rien de lui, peut-être était-il lui aussi marié... Elle porta la main à son alliance, attachée à une chaine autour de son cou. En y réfléchissant, il y avait peu de chance... Ce type était génial et les types géniaux ne se marient pas... Elle aurait du le savoir avant de s'engager avec Matthews. Quand il lui prit sa tasse pour lui voler une gorgée, elle le regarda faire avec un petit sourire connaissant déjà sa réaction. Charlie le regarda enlever sa veste. T'enlèves pas le t-shirt aussi ? Le sourire lui revenait automatiquement quand il apparaissait avec ses manières de sale gosse. Elle secoua al tête quand il parla de poulet. Eurk ! Le matin, elle en pouvait rien absorber d'autre que du café et un muffin... A la rigueur des œufs s'ils étaient bien préparés oui des gaufres si elle était de bonne humeur. Comment tu peux manger autant sans prendre un gramme papa Harley ?! Elle lui fit une grimace coquine et prit une gorgée de café dans la tasse du jeune homme puisqu'il avait ruiné le sien.

Elle le regarda et quand il parla d'ongle, elle se sentit défaillir. Si seulement, elle n'avait que des problèmes aussi débiles dans sa vie. Elle fixa droit dans les yeux. Tu comprends rien ! C’est le coiffeur ! Il a pas fait le bon brushing !, dit-elle d'une voix de gamine. Elle le toisa un instant essayant de voir s'il était sérieux quand il parlait de lire dans les pensées. Elle connaissait un cavalier noir qui en était capable et elle aurait détesté que le beau jeune homme en soit capable. Sinon, il comprendrait combien elle avait eu du mal sans lui ces derniers jours. Le serveur arriva avec les gaufres et posa une tasse de café devant elle C'est pour la maison Elle sourit et observa la fumée qui s'échappait des assiettes. Le parfum suave parvint jusqu'à elle et finalement, elle en aurait bien mangé. Si tu lis dans mes pensées, pourquoi je devrais me fatiguer à parler ? Elle sourit et se pencha en avant, plongeant de ses yeux intenses cherchant la vérité.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Welcome to Wellington City

♠ courrier posté : 43
♠ crédits : axelle, badnumbers@tumblr


❝ PRIVATE . BOX ❞
♠ work ::
♠ mood ::
♠ address book ::

MessageSujet: Re: HARLEY&CHARLIE ♦ A little faster Lun 8 Aoû 2011 - 9:01




Harley esquissa une grimace, moins à cause de la menace sous-jacente que par la remarque que la jeune femme avait faite. Entre eux il y avait un accord tacite, qui n’avait pas été formulé à voix haute mais qui restait assez simple. Ils ne s’attachaient pas. Et le journaliste comprenait aujourd’hui combien ce genre de plan était foireux ; Il aurait du continuer à donner de ses nouvelles. Il aurait peut-être même du poussé la courtoisie jusqu’à s’échouer jusqu’à son appartement. Mais voilà il était un con et il avait cru que Charlie était différente. Mais il ne pouvait pas la blâmer d’avoir succombé à son charme irrésistible. D’ailleurs c’est ce qu’il dit.

« Je sais que tu es complètement folle de moi bébé mais j’était noyé sous une pile d’articles. Et même avec ce que j’ai pondu je suis pas sûr de payer mon loyer… » Il était un journaliste minable et alors ? Il posa un pied sur une chaise voisine, nonchalamment, puis s’alluma une cigarette. « Ca aurait pas du t’empêcher de venir gratter à ma porte, j’aurais adoré un peu de distraction. » Il esquissa un sourire et pensa à leurs précédentes rencontres. Il n’y en avait pas une seule qui n’avait pas finie dans un lit, ou ailleurs. Charlie était un pur produit du 21ème siècle. Elle s’affirmait et avec ça ses envies. Ce qui n’était pas déplaisant.

Lorsqu’il eut enlevé sa veste son sourire s’agrandit à la mesure de la remarque de la jeune brunette. Insatiable, voilà ce qu’elle était. Et il adorait ce petit côté sauvage. Et surtout, l’homme pour lequel elle le faisait passer quand il était à ses côtés, une sorte de bourreau des cœurs irrésistible. Il adorait ça. « Je veux pas choquer l’opinion publique… » Souffla-t-il, mais son sourire ne s’affadissait pas, signe qu’il adorait ça.

« Je me fais vomir dans les toilettes juste après… » Il continuait sur un ton badin. Vraiment il adorait cette matinée. « C’est le secret de toutes les stars. Tu t’empiffres de ce que tu veux et après hop l’index et le majeur jusqu’à la glotte. » Raffiné il l’était, mais il faisait un effort quand il était en si charmante compagnie.

Il redressa les lunettes de soleil qui siégeaient sur son nez et sembla la fixer un moment avec attention, comme s’il l’étudiait. « C’est vrai qu’il y est pas allé de main morte ce coiffeur… Une vraie crinière. » Il finit par enlever ses lunettes pour mieux la voir, et imperceptiblement le coin de sa lèvre se retroussa alors qu’il se délectait de ce qu’il avait sous les yeux. « Parce que j’aime entendre ta voix… » Répondit-il du tac au tac en se redressant pour échapper au regard inquisiteur de la jeune femme. Si elle continuait comme ça il allait finir par croire que c’était elle qui avait le pouvoir de lire dans les pensées. Il frotta ses paumes l’une contre l’autre et attaqua directement son assiette, trop heureux de faire taire les grondements de son estomac. Dans le même temps, le bout de sa chaussure vint flirter avec les jambes interminables de Charlie.

« Tu as un programme chargé aujourd’hui ? » Il avait dit ça la bouche à moitié pleine, haussant un sourcil à la fin de sa phrase pour bien marquer son interrogation. Son visage n’exprima rien pendant quelques secondes puis il craqua et afficha un sourire plein de sous entendus.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

It's Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: HARLEY&CHARLIE ♦ A little faster

Revenir en haut Aller en bas

HARLEY&CHARLIE ♦ A little faster

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLLATERAL DAMAGE :: « wellington city » :: ◮ lincoln avenue-
Sauter vers: